• Lady Marshmallow •

Version n°7 : ft. Mary-Kate Olsen
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Mer 7 Juil - 16:45

"On n'est pas sérieux quand on a 17 ans"
C'est ça mon Rimbaud ! (16 ans &10 mois c'est pareil.)
Allons bon c'est quoi cette manie de faire tout le temps la morale ?
-"Quoi...LUI !?"
-" Dis donc samedi soir t'étais pitoyable.."
- "Non mais t'as pas fait ça.. !?!"
- "Et ça t'amène quoi de traîner avec elle ?"
-" De toute façon je te surveille, il a pas intérêt à t'approcher, et toi non plus !
"
Le pire c'est qu'en fait, ce sont vos "amis" qui prononcent ces mots. Heureusement t'en as 2/ 3 (grand max ! ) qui te saouleront jamais. Qui t'acceptent comme tu es.
RAAAAH ce sentiment de SATISFACTION quoi. 1 an que je lui courrais après. J'ai tellement souffert pour lui, j'étais tellement blasée. Trop tard mon grand. Tes "je veux te voir" je ne les entends plus alors que je les ais rêvés si tu savais. Tellement prise de tête ces histoires !
Quoique les histoire de filles ça vaut pas mieux. Non, c'es pire. D'un ridicule inmesurable. Ou alors 'y'a pas mal de filles qui ont été livrées sans cervelle et manque de bol c'est celles qui je fréquente. 0% tolérance, 0% compréhension, 0% réflexion , 40% hypocrisie, 60% jalousie. .

Je voudrais qu'il pleuve aujourd'hui. Des cordes ! J'écouterais du jazz jusqu'à m'en écoeurer. Je voudrais partir loin, super loin, là où je connaitrais personne. J'aimerais pourvoir vider ma tête comme ça en un geste. Non mieux, j'aimerais arrêter de penser.
En fait j'aime pas l'été. J'aimerais qu'on soit n'importe quand, mais pas juillet, ni août. En plus j'ai des coups de soleil.Nul.
Je veux voir C. la définiton même de l'amitié, celle qui me fait tenir encore. MA C. 'Y'a des jalou(ses) de nous, de notre amitié ou de chez je sais pas trop quoi, mais 'y'en a qui nous aiment pas, et le pire, c'est qu'on les connait même pas.



Mais en tant que lunatique au possible, si ça trouve demain, je peindrai le vie de rose. Qui vivra verra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Jeu 8 Juil - 22:32

Jeudi 8 juillet.

Ou J-1 avant qu'on me livre mon nouveau piano. Je suis comme une gosse. Avec quand même un peu de pitié pour l'ancien que je vais laisser tomber. J'ai quand même grandi avec quoi. Mais maintenant du Chopin va résonner dans le quartier encore plus fort qu'avant, du Liszt, à en faire une overdose, du Haydn jusqu'à avoir les phalanges en feu. Ouais ouais.
C'est qu'un objet me direz-vous, en effet...mais quel objet pour moi.
Sinon il avait qu'à faire plus chaud encore aujourd'hui... Mais bonne raison pour aller dans les magasins, Dieu bénisse la clim' (et les soldes). Bonne raison aussi pour sortir mes nouvelles Ray-ban. On est graves nous les filles !
J'attends le coup de fil imminent de ma C. Trop de choses à se raconter, et pourtant, on s'est eues 'y'a deux jours....VRAIMENT graves.
Je me suis expliquée avec P. C'est vrai que ces histoires de m*rde n'en valent pas la peine. Je suis trop susceptible, elle est trop rancunière, j'ai eu peur qu'on s'en sorte jamais, et ça m'aurait fait mal pour de telles bêtises. Mais tout a bien fini. Un coeur sur mon mur et la vie continue !
Il faut que j'arrête d'écouter December Boys de Peter Cincotti, ça devient grave là.
J-20 avant la Hollaaande. Trop pressée, envie de faire le vide, d'aller dans cet endroit inconnu, moi qui suis du Sud. Quitter mes problèmes français, pour 10 jours au moins. Amsterdam, j'arrive.
J'ai ma future classe. Pas mal, du tout même. J'espère que ça sera une bonne année, niveau ambiance, j'en doute pas, et niveau travail... je me récupère quand même quelques grosses machines, une bonne partie de spé maths. Enfin bon, partons pas défaitistes l'année du bac. Mon année de 1re était pas mal en fait. Non vraiment cool même ! Je vais avior un manque, pour sûr ! Et là, dernière année au lycée. Difficile !
Pourquoi s'étaler, on est au coeur des vacances.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Mer 14 Juil - 19:24

Mercredi 14 juillet

Par conséquent réveillée par ces p*tains de pétards *géniouuuuul* la fête nationale quoi --'.
AHA mais elles sont tarées... C. et P. ont fait des GROSSES bêtises là. Elles changent, ça me gonfle. Je veux pas les perdre...'faut qu'elles arrêtent vraiment là, ou ça va devenir insupportable. Ma C. s'éloigne à perte de vue, j'ai du mal à le supporter...pour elle tout est pareil, mais moi je la voie évoluer, c'est incompréhensible. Et en même temps j'ai aps envie de lui dire quoique ce soit. Je ne veux pas la blesser, et je la connais apr coeur, elle est aussi susceptible que moi. En tut cas j'espère que son attitude n'est que passagère.
J'ai craqué c'était trop tentant, c'était obligé, elles me tendaient les bras. Ces spartiates cloutées. Talon de 11cm. EASY ! Magnifiques... j'espère pouvoir les mettre assez souvent quoique, je vais pas traîner au lycée avec 11 cm de plus quoi...Enfin bon. Et demain Bordeaux :D... et j'ai plus un rond vous avez dit ?
Demain également, notes du BAC de français... Je suis vraiment dans le flou, j'ai l'impression d'avoir réussi mais j'ai horreur d'avoir cette impression en fait. Parce-que de fois, on s'y attends pas et finalement c'est une latte. Alors je ne dis rien, j'attends.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Dim 8 Aoû - 21:39

Dimanche o8 août.

J'ai passé hier une soirée superbe. Revoir tout ce monde, faire de nouvelles connaissances, chopper, picoler,... et être encore et toujours avec ces deux filles qui font mon bonheur chaque instant. Oui vous trouvez peut-être ça cul-cul, soit. Moi aussi je trouvais ça comme ça avant, jusqu'au jour où vous rencontrez une ou plusieurs personnes qui renversent tout ce que vous aviez avant. Qui vous font comprendre que celles dont vous avez besoin, ce sont elles, celles qui vous ressemblent Vraiment, ce sont elles et pas les personnes qui vous entouraient avant.
C, F, C. Avançons sans les écouter !
Cela en gêne beaucoup. Cette union; enfin, notre façon de nous comporter. On aime créer des liens, et notre rapprochement avec le gang le plus populaire du lycée dérange. Je dirais plutôt qu'il fait des envieux. Mais nous on s'en fout, on trace notre route. Et le fait que toutes les 3, on s'entende mieux que tout.

Amsterdaaaaaam was so cool. Vraiment. Un belle ville, des choses à faire, à découvrir, à apprendre. Un bol d'air pur, nouveau, qui change les idées, ce que j'attendais !

M. est un chien. Honte à moi d'avoir fait ce que j'ai fait, c'est vraiment le dernier des imbéciles. Oh ! Toi aussi, R.

D'autres soirées sont prévues. F, C, de quelle autre compagnie aurais-je besoin ?

Peace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Lun 9 Aoû - 18:07

Lundi o9 août

ENIGME DU JOUR : Que faire quand vos deux meilleures amies se crêpent le chignon constamment, et sont entrain de se détester ?


Perso, je sais pas, j'en ai marre. Enfin vous direz pour moi c'est pas censé poser de problème, jusqu'à un moment où vous prenez d'un millimètre de plus, le parti d'une envers l'autre. Foudroyant ! Forcément, j'ai pris le parti de C. face à P. Sur ce coup là elle a été dégueulasse, donc j'ai essayé d'être juste ( un bonheur de peser le pour et le contre de chacuns de leurs actes).
C'est donc la rebellion de P "Ouais merci, merci de ton soutien, merci d'avoir tout dit merci." Si ça tenait qu'à moi, d'une succeptibilité monstrueuse, j'aurais répondu " Béh oui conasse t'as qu'à réfléchir un peu plus, tu dis de la m*rde sur elle sans aucune raisons, alors oui, là tu vas pouvoir le chercher mon soutien, et longtemps !"
Mais non, je pouvais pas, alors j'essaie de calmer le jeu des deux côtés, mais c'est dur. Inch'allah je m'en sortirais !
Mais bon. Ses amis, on les aime, alors on est prêts à plein de choses.
Pour les amours, nettement moins de problèmes l'été ! On s'amuse, tout le monde s'éclate (à la qu...NON !).
Je ne suis pas une fille facile ou quoi que ce soit, ce n'est pas ce que j'ai voulu dire. Mais on va à des soirées, on boit un peu, on rencontre des gens. Des garçons y compris. Et si'y'a du feeling, ça sort ensemble. Ca va plus ou moins loin, chacun fait comme il veut, perso, je contrôle ce que je fait. La fête quoi. Alors le lendemain on a plus ou moins honte, on est plus ou moins fiers, plus ou moins indifférent, plus ou moins gênés. Des histoires d'amour sont nées de ces soirées ! D'autre se finissent aussi. En fait c'est grave la vie en accéléré version x1 000 000.

Sinon je vis aussi le jour promis !
Tout est tellement plus facile l'été. Any thinks about high school. Vraiment aucunes ! A propos de rien du tout. Avoir la caboche vide ( de problèmes existentiels, on s'entend) c'est ce qu'on cherche tous et toutes au bout d'un moment, non ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Mar 10 Aoû - 21:09

Mardi 1o août

Nouveau mail : Facebook.
Dudu (on va garder son surnom pour son intimité) vous invite à "Petite fête gentille avant de se remettre à la chaille en septembre". Avec plaisir, je trouve ça vraiment adorable, merci mon petit.

Mon scooter n'a pas voulu démarrer aujourd'hui Merci l'ami, je fais COMMENT moi. Ok, ça fait 3 mois que je m'en suis pas servie depuis que je me suis ramassée et que j'ai ces foutues marques au coude qui ne veulent pas partir. En même temps j'ai des blessures de guerre, ça fait aventurière. Maisbon, alors que le traumatisme était parti il aurait au moins pu démarrer et pas faire sa chiante.

Déjà en manque de C et F. Mais bon, le revoyure n'est pas si loin ! Fou de s'atatcher comme ça, j'en reviens pas moi même. Je souhaite à tout le monde de trouver ses doublures psychologiques, c'est tellement mieux de traîner et de rigoler avec des gens qui vous ressemblent comme deux gouttes d'eau.

10 Août... LA BLAGUE là ! Cette date me fait flipper, on a passé bien plus de la moitié de l'été. D.U.R. Non en vrai ça me stresse vraiment, après on est repartis pour des mois et des mois, avec accessoirement le BAC à la fin de l'année, pourquoi pas ça serait sympa de l'avoir. Puis l'été, puis on re-begin mais plus au lycée, on pars dans une ville étudiante et...non mais la vie quoi ! P*tain mais j'ai 12ans dans ma tête pourtant. On est tellement calés chez Papa et Maman. Non mais si, j'irais gagner ma croûte comme tout le monde mais bon.
Il ne me reste plus qu'à savourer ces derniers 20 jours en gros. Je retire vraiment ce que j'ai dit il y a quelques temps, genre "j'aime pas l'été". Non mais oui parce-que c'est facile de dire ça début juillet forcément.

CARPE DIEM !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Ven 13 Aoû - 16:03

Vendredi 13 août

Pourquoi pas rebaptiser ce "journal", "Les aventures de mes soirées".
J'ai commencé cette semaine de festivités doucement. Ma mère m'a amenée a ramenée a des heures assez raisonnables hier, et dans ce laps de temps j'ai réussi a m'alcooliser puis me désalcooliser pour paraître tout à fait normale au retour :). Non mais dis comme ça j'ai l'air d'une délinquante, mais j'ai commencé ces c*nneries cette année. Je trouve ça super drôle de boire, on est euphorique, on aime tout le monde, et surtout on est enfin sincères les uns envers les autres. Non ne n'allez pas croire que j'ai besoin de ça, mais certains, si malheureusement. Moi si je fais ça, c'est parce-que c'est carrément super drôle. Bref, c'est dans cette euphorie que les choses sérieuses peuvent commencer. J'ai passé le gros de ma soirée (98%.) avec C. et F. J'ai vu P. également, j'étais heureuse de la voir, malgrè tout, et elle (complètement blindée soit dit en passant) elle était maxi heureuse. Jusqu'à ce qu'elle vienne me voir en fin de soirée parce-qu'on lui a volé son portable. Well done ça !
Non je l'aime bien c'est vrai, je vais pas me voiler la face. Mais bon.
J'ai croisé mon ex, pitoyable, pas un regard, rien, juste une bousculade quand on s'est croisés. Comment j'ai pû aimer un truc comme ça.
Sans oublier ce chien de M. Jaloux à en crever, du coup plutot méchant. Mais je m'en fous tellement !

Mais sinon ça fait quand même du bien de revoir du beau monde, camarades de classe, etc.

On remet ça samedi et dimanche, je dors chez C. d'ailleurs, ses parents ne sont pas là, donc autant dire qu'il y aura du dégât.
Sur ce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Lun 16 Aoû - 23:04

Lundi 16 août.

Je suis aphone, la gorge littéralement explosée. La tête prête à en faire de même, les oreilles ne pouvant plus rien supporter, les jambes qui ne peuvent plus marcher, des bleus inconnus, des cernes de 10kilomètres en profondeur, les réflexes diminués de 263%.
Mais P*tain qu'est-ce que c'était bon !! Plus de 48h non stop avec C. et F., moins de 7 de sommeil dans ce laps de temps, 2 soirées magnifiques avec des centaines de milliers de personnes.
Premier soir, on arrive à 22h. Un apéro est en fait prévu chez un mec super cool, ami d'amis à nous, a quelques kilomètres de là. La voiture arrive, musique plus fort tu meurs, et on est 7 à monter dedans. Le mec conduit comme une barjot et on se marre comme des gamins. (Papa, Maman, jamais vous ne serez mis au courant de cet épisode. Jamais.)
On arrive chez ce gars, et déjà présente une partie de la crème du lycée, ainsi que d'illustres inconnus. Des bouteilles partout, de la bouffe, de la musique une maison stylée avec piscine, où F. a fini toute habillée, à l'insu de son plein gré. Ce n'est que le before et ça commence déjà sur les chapeaux de roues. On commence à être bien alcoolisés. 23h30, on se rend à la fête quand même. Tout le groupe éclate et pour revenir a la fête cette fois les kilomètres doivent être faits à pied. Une averse, suuuuuper. On est en chemin, moi, C., F., Luc, Stan et Polko. Le chemin a paru super court... Mais on se pelait quand même sévère le jonc. Je fais une partie du chemin sur le dos de Stan, que je ne connais qu'à peine parce-qu'il est super connu au lycée, et récent ami avec F. Là, trou noir pou ma part. Mais je me retrouve seule sur le chemin avec Polko. Jusqu'à ce qu'on croise une groupe du lycée, dont je connais quelques membres à la base, mais étant aussi alcoolisés que nous, on se connaissait TOUS là. On crapahute, on déconne sévère, puis on arrive quand même. Je retrouve C. et F. avec Stan et Luc. Là niveau souvenir je suis OUT. Trou noir de nouveau ! Mais je sais à peu près qu'on marche dans la ville, on fait le tour des bars, on danse. On perd F. en chemin qui a trouvé des amis. Et là, je ne sais par quel superfuge je me retrouve à être entrain d'embrasser Stan. Stanislas. Non mais oui, je t'assure, le mec sur qui on fantasmait au lycée, LUI. C. est fière de moi. Elle est contente jusqu'au moment ou quand même, tenir la chandelle elle en a marre. Tout en marchant encore, buvant et dansant, mais bon. Elle jette donc son dévoulu sur Luc. Ils sont mignons mais c'est quand même carrément pas son style!
On a laché nos gars, maisnous jamais. On est allées je ne sais où, je ne sais avec qui, je ne sais quoi faire, mais on était toutes les deux, et ça, ça valait toutes les situations du monde.
J'ai eu ULTRA CHAUD. "Eh ma belle, un bonbon à la menthe ?" "Heeeeiiiingh ? Vas-y casse toi avec ta merde !" ( Ce qui est très probablement sorti de ma bouche.) Mais j'ai bien fait. Ca n'était QUE du GHB. Cette soirée aurait pû très mal se finir.
Enfin bon, on finit la soirée tranquille, on retrouve F., on revoit du monde, on se reperd, on se retrouve...4h18. Le bus !! On se retrouve toutes les 3, et bras dessus-bras dessous, on marche vers notre fidèle bus. Pas mal de gens sont blindés à l'intérieur, mais nous les premières.
On arrive chez C. On mange comme des truies, tout ce qui nuos arrive sous la main, du paté, du pain, des yaourts, des fruits...Tout en relatant notre soirée chacun son tour, encore un peu alcoolisées. 6h. Je dors avec C., F. est quant à elle dans la chambre d'amis. Elle s'endort mais nous, on parle encore. 6h42. " Tu crois qu'il faudrait dormir ?" [...]

13h01. Des loques. On se fait du café et on s'enfile les spécial K. On va commater devant l'ordi, on refait le monde dans la chambre à C. où nous sommes allongées comme des grosses masses sur son lit. Douche, renaissance. Déjà 18h. Le frère de F. vient nous chercher à 19h, cette fois l'apéro est chez elle, en micro-comité, c'est à dire nous 3, les frère de F. et un ami de ce dernier. Ce fut aussi, voire plus magique que le précédent. après avoir mangé, et encore et toujours entrain de boire, les gars nous sortent leu guitare et F. m'amène le synthé. On se fait un boeuf qui ressemblait à rien du tout, un truc so fun. 21h15, C. me fait sa grande déclaration d'amour, F. danse, OK, là on commence à être bons. 22h30.Le frère nous amène en voiture ( c'est bon, il avait bu 2verres) la musique a fond tapant sur le volant, nous, chantant comme des groupies sur du Alain Basshung (Si, si.) Le bus arrive. On est 6 dedans, pas beaucoup de courageux s'enfilent deux soirées. Ça devient une grosse lutte avec mon estomac, et à l'arrivée, on descends, on fait 200mètres dehors et on va jusqu'à un coin tranquille, on fait pipi, mais mon estomac veut autre chose. "Allez ma C. sors nous ce que t'as dans le ventre !! "
C'est sorti. Et tout va mieux. Devant le Leclerc., on trouve un caddie abandonné. "C. monte dedans, on se fait un rodéo ! " A tour de rôle, on se fait un "taxi-caddie". On a rarement autant ri.
On rejoint Luc et Stan. J'appréhende, C. aussi. A cause de la veille. On fait toutes les bise à Luc. J'arrive devant Stan et... il m'embrasse. Même blindée, là j'en revenais pas. C'était trop bien. On les quitte, pour se retrouver plus tard. Toutes les 3, on fait le tour de la ville. On s'arrête aux bars et aux podiums, on danse comme des folles mais ça fait tellement de bien... Je vois M. Saoûl également. On va se parler, on discute et finalement, il m'a dit ce que je voulais entendre, et ça a été génial. On est sortis ensemble mais à la condition qu'on s'est fixés de "ne pas prendre ça au sérieux, on est ici pour s'amuser". Tout à l'heure on s'est parlés sur MSN comme deux potes et j'ai adoré.
Je retrouve mes compatriotes. Avec qui je croise quelques gars de notre classe. " Vous vous etes déjà embrassées toutes les deux ?" "Ben ouais carrément." "Ah bon ?"
Ma C. et moi leur montrons. Ils étaient morts de rire, nous aussi. Certainement pas choqués, simplement amusés.
Puis on se finit la soirée un peu chacune de son coté, avec des gens qu'on retrouve.
4h23 "C. !!!! Notre bus amène toi ! "
On court comme des dératées. Des folles, mais on l'a eu, notre bus. F. était dedans, et visiblement ravie de nous voir enfin arrivées.
Arrivées chez C. Envie de manger. On se sort une pastèque. "Putain F. les pépins..."" Avale les on s'en fout ! ". "C. elle nous fait une razzia sur le fromage, on je sors le paté qu'on se finit.
Cette fois je dors avec F., et C. dans la chambre d'amis. Ma F. m'a fait mourir de rire, elle s'est enrhumée et ronflait comme un petit chien. Il est 5h46 et on vient de s'endormir.
11h36. Réveil. Encore plus dur que celui de la veille. F. et moi nous faisons une tasse de café, puis je fais mon sac et je dois vite partir.Non c'est dégueulasse de me coller un repas de famille là. Une lutte je vous raconte même pas. On dot aussi passer chercher mon frère chez un ami qui habitait à coté de la fête. 12h et mon frangin puait le whisky, mais avait quand même l'air sobre.
17h on est à la maison. Textos à C., puis message de P. qui veut aller à la fête mardi. A voir. Un bain, et depuis, je commate entre télé et ordi, à être à 2 de tensions, et encore. Cette nuit va quand même être fort réparatrice. En temps normal, j'aurais mis 10 minutes à écrire tout ça, et j'ai mis 3 fois plus de temps.
Allez, j'ai 17ans, je peux bien faire ça, sinon quand.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Ven 20 Aoû - 17:56

Vendredi 2o août

Mon quotat de soirées et donc de bêtises est fini. J'ai passé la grosse semaine, et la cloture mardi ne fut vraiment pas énorme. P. m'a tapé sur le système comme jamais.
J'étais bien avec C et F mais à des moments on s'éparpillais et ça devient difficile de se voir partir les unes les autres.Enfin bon.

Ce soir là, Fred ne m'a lancée qu'un regard destructeur, que j'ai très vite détourné. C'est la première fois que je parle de lui ici mais pourtant, il compte bien plus que n'importe qui.
Ce serait vraiment trop long d'expliquer tout ce qui s'est passé entre nous depuis des mois et des mois, alors en accéléré, je raconte depuis jeudi soir. On s'est embrassés, à plusieurs reprises, c'était cool, c'était, ce que je croyais qu'on voulait tous les deux. On avait un sourire incroyable, et c'était un excellent moment. Pas vu le samedi, trop de monde évidement.
Et le dimanche, mon dieu le dimanche...Je me suis echappée de C. et F. pour le rejoindre. Jel'ai pris à part on a commencé à discuter doucement, simplement. Tout ça a évolué en une engueulade incroyable. IN-CROYABLE. Cette discussion a duré 20 minutes, peut-être plus, et puisj'ai lâché prise, il n'y avait rien a en tirer, alors j'ai rejoins mes amies, et Stan.
Reste donc son regard fusillant du mardi. Je lui ai envoyé un message mercredi, en disant qu'on allait discuter, que j'allais lui expliquer tout ce que je pensais vraiment de lui, de nous. Ce fut un incommensurable carnage. Je n'ai jamais vu ça. Je crois sincèrement que c'est l'engueulade de ma vie ! Si on avait été en face à face, je suis persuadée qu'on en serait venus aux mains.
Je hais notre relation, je la déteste. On s'aime, puis on se déchire, ou bien on s'aime à s'en déchirer. On se fait du mal à l'un et à l'autre, on assume jamais ce qu'on ressent vraiment. Mais là, on a décider de s'oublier. On est amoureux, mais on doit s'oublier, on s'est dit que ouais, là, c'était le générique de fin, et que batailler encore un an ne servirait à rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Dim 22 Aoû - 20:53

Dimanche 22 août

J'ai du mal à tenir la distance avec Fred, mais j'y arriverai, pour sûr. De toute façon, je n'ai pas le choix. C'est normal que ce soit dur... enfin j'espère ! Mais oui, c'est bien normal. Malgré ça, il ne faut pas qu'on lâche ; j'ai versé trop de larmes, je lui ai trop crié dessus, je lui en ai trop voulu, pour revenir. Et c'est de même de son côté, soit disant " j'ai bien plus souffert que toi". Ouais ouais ça doit être ça. Je le sais, qu'il a pleuré pour moi, je sais tout ce qu'il a souffert mais je pense le battre à plate couture.
Pourtant, on va forcément être amenés à se revoir. Au lycée, au conservatoire. Mais il va falloir faire, comme s'il n'était rien n'avait jamais rien été pour moi. Se dire surtout, que c'est possible d'oublier tout. Il faudrait que j'y mette juste un peu plus de coeur à l'ouvrage, parce-que ça ne m'amène à rien d'écouter des chansons qui me font penser à nous. Des chansons qui sont l'exacte réplique de périodes de notre histoire. Finding beauty de Craig Armstrong m'a déjà bien trop déshydratée tout comme Benjamin Biolay. Et je n'ose même pas essayer d'écouter Cry me Out, de Pixie Lott, sous risque d'inondation chez moi. C'est quand même fou d'avoir des musiques qui font mal. Non mais regardez comme j'ai l'air stupide avec mon histoire de mec. D'où l'intérêt, URGENTISSIME d'oublier cet imbécile.


M. et moi sommes maintenant amis et je trouve ça carrément cool boogie
Au moins je peux assumer d'avoir craqué pour son meilleur ami confused 2 . Non mais ça n'est que physique. Enfin il me fait rire aussi mais..non, STOP. De toute façon il part du lycée, je ne le reverrais plus et..voilà. RAH ! Non mais ça me fait tout de même toujours un petit quelque chose de voir M. Je sais pas trop en fait, je l'adore vraiment, il est génial. Tout comme son meilleur ami, tout comme SA meilleure amie...enfin bref, ce groupe m'éclate. Et jeme rends comtpe que c'ets peut-être le fait qu'ils aient 2 ans de plus. Leur maturité m'attire. Je me sens beaucoup plus à l'aise avec eux, c'est étrange. Mais tellement mieux. Sauf que là, fin de l'été, et pendant un an, je ne les revois plus, alors JE PRENDS SUR MOI.

Ces jours-ci je reste quasi-cloîtrée chez moi..j'ai besoin de me re-centrer, de réfléchir, et surtout, SURTOUT ne voir personne d'autre que ma famille. Quand tout va mal, il n'y a qu'eux. Je crois que mes parents et mes frères seront à jamais les seules personnes à ne pas me mettre hors de moi, à ne pas me saouler, et à comprendre quand ça ne va pas. A me supporter, surtout, et là-dessus mon admiration est sans limites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Ven 27 Aoû - 16:23

Vendredi 27 août


2h 44. Temps de communication téléphonique entre C. et moi hier. Record battu, c'est fou de pouvoir refaire le monde si longtemps avec quelqu'un. J'aime ça.
L'an prochain (shit ! dans 2semaines...) on est dans la même classe, le même groupe, et on a bien déprimé sur notre emploi du temps de m*rde, et notre BAC qu'on aura si Dieu le veut. Si, on l'aura évidemment, mais l'année de première, on l'a passée a rigoler, a discuter, à faire des micros-bêtises, et à travailler, pas tant que ça. Et pourtant j'ai géré comme une bête mon bac de français, l'apogée de l'année de première.
Non mais là va falloir qu'on commence à travailler, en vrai x).
F. n'est plus dans notre classe ça CRAIIIIIIIINT. Mais ça ne changera rien, on se verra, à chaque pause, tout le temps, c'ets notre F., et on prête pas.

J'ai passé le cap du trop duuur il me manque ce con . Eh non Fred, maintenant je suis plus forte que jamais. La rentrée approche, mais ne crois pas que c'est pour ça que je reviendrais.

Bon demain soiiiir dernière avant la rentrée. Dernière soirée. Regret : je vais la passer avec...P. J'aurais tout donner pour la passer avec C et F mais c'est impossible. Je suis blasée mais alors !
Mais point positif, il y aura M. et sa bande giggle donc tout n'est pas perdu !

Ben voilà. Ça pue bien la rentrée à plein nez comme démontré. Prendre sur soi en se disant qu'il y a des bons côtés. En se disant que sa classe est quand même cool. Qu'on sera les plus grands.



BYE-BYE WONDERFULL HOLIDAYS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Dim 29 Aoû - 23:06

Dimanche 29 août

CLAP DE FIN !
Et le bon celui-ci. Hier soir, c'était la der des der. J'ai passé un bon moment de la soirée avec M. et sa bande. Autant le dire tout de suite, M. m'a sautée dessus, oui, on est sortis ensemble. "Non mais allez, soyons réalistes, c'est la dernières, on se voit plus peut-être pendant un an allez, profitons." Impossible à négocier, ça s'est donc fait.
Au grand damn de la plupart de ses ami(E !)s. "M. arrête avec elle, STP ! On en a marre de te voir souffrir, on en a marre de te ramasser à la petit cuillère chaque fois."
Okééééééééééééé ÇA, C'EST DIT. Mais on s'en foutait, on a fait ce qu'on voulait.
Et son meilleur ami, c'ets sûr, certain, qu'il a un truc qui m'attire irrémédiablement. Il est... WAOUH.
Je ne peux pas mentir, sur le fait qu'il va quand même bien me manquer, ce M. Un an, allez, un an. Lui, et tout plein d'autres que je perds. C'est affreux de voir partir plein de gens comme ça, de voir le temps qui vous sépare toujours un peu plus.



CONNERIE DU JOUR :Fred et moi nous sommes reparlé. Je l'ai ré-ajouté sur FB, parce-que monsieur trouvait que mon attitude était ridicule, et que je n'avais pas besoin de couper les ponts à ce point. Mais je lui ai quand même bien précisé que ça ne changerai rien, et que si je le faisais, c'est simplement parce-qu'on va être amenés à se voir assez souvent, mais certainement pas pour essayer de repartir à 0. Quand c'est fini, c'est fini, il n'y a pas à aller chercher plus loin. Pendant 2 semaines j'ai réussi à me détacher, à m'éloigner un peu, à l'oublier aussi, mais ce n'est que le début et je ne compte pas en rester là.


Oh mais ce BAAAAAAAAAAAAAAAAD. C'est vraiment, la fin de l'été, je n'arrive vraiment pas à réaliser.
Non, je ne veux pas plonger dans la pénombre de 17h à 9h du matin pendant 4 mois, je ne veux pas être assaillie de boulot tous les soirs, ne plus pouvoir buller, ne plus pouvoir sortir, ne plus pouvoir se lever à 15h, ne plus pouvoir traîner en short, ne plus voir la mer, ne plus avoir chaud,... NE PLUS POUVOIR VIVRE.N0
J'aime pas, être nostalgique, j'aime pas, me dire que ce ne sont que des souvenirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Mer 1 Sep - 23:26

Mercredi o1 Septembre

Ce mois sonne faux dans ma tête. Déjà, c'est le mois de mon anniversaire, et mon anniversaire, j'aime pas. Je pourrais pas expliquer, j'aime pas, c'est tout. Accessoirement c'est aussi un peu la rentrée. J'ai encore demain de libre, et croyez le ou non, je vais trouver le moyen d'aller à la plage, je suis du genre à profiter jusqu'à la dernièèèère minute.
J'aime bien aussi, cette fin de période où t'en profites pour faire tout ce que t'as pas pu faire. Je suis blasée ; j'ai fait connaissance avec tellement de gens cet été. Des gens du lycée, qui étaient des anciens terminales, autant dire des gens que je vais perdre de vue. Et ceux qui me saoulent, eux, ils sont toujours là. Mal foutu.
Je n'ai plus qu'à croiser les doigts pour passer à chaque fois de bonnes journées, toujours fourrée avec C., de 8h à18h.
A rigoler dans cette classe qui ne s'annonce pas trop mal. (malgré un emploi du temps catastrophique). A espérer que ça passera aussi vite que l'année 2009/2010 est passée. Je tourne définitivement une page sur l'été 2010.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Sam 4 Sep - 23:32

Samedi o4 Septembre



Un samedi soir à la maison c'est duuuuuuuuur. Parce-qu'il y a une semaine, j'étais avec eux, et tout ce monde, on buvait, on fumait, on dansait et la musique nous démontait les oreilles.
OVER NOW. J - 300 (vite, vite.)
Journée de rentrée mouais-bof-peut-mieux-faire. Non en vrai ça nous a même dépitées avec C. ! " Les Terminales S maintenant on arrête de déconner vous avez le BAC vous allez manger des maaaaaaaaths à la pelle, les profs seront jamais absents et comptez pas vous amuser cette année ! " OKAY.
Même aux pauses c'était pas au top. Je pense que C. a rejoint F. et maintenant, fument officiellement si je puis dire. Ça me fait assez ch*er parce-que je ne m'y mettrais certainement pas!et vais devoir soit glander au coin fumeurs avec tout le monde autour qui me regardera comme un extraterrestre, ou rester dans le lycée en attendant.
J'espère que les barrières installées entre les gens de ma classe tomberont au fil du temps... Il y a pas mal de "clan" mais C. et moi sommes en majorité avec les gars de notre classe, nous ne connaissons pas les autres filles mais j'espère y remédier.
'Faut que j'aille puiser du courage je ne sais où, de la patience, du mental. P*tain je sens vraiment l'année de merde là, en fait. Après un si bon été, tout ne pouvait pas se passer parfaitement.

Hier soir : Fenêtre MSN qui s'ouvre : Fred commence.
" Parle moi.
-Pourquoi...?
-Parce-que j'en ai besoin. J'en peux plus, maintenant avec le recul, je vois bien que c'est impossible à vivre, sans toi.
-C'est trop tard Fred. Ce qui s'est passé, ça s'est passé, maintenant, on est maintenant. On est à la case départ."

J'ai cru péter un câble, mais j'ai tenu parfaitement. C'est mon cerveau qui a parlé, certainement pas mon cœur, mais bon. Si j'écoutais cette saloperie, il aurait pas dit ça, mais je dois faire preuve de raison.
En ce moment même, il est connecté. Je sais qu'il n'attend que ça mais je ne craquerai pas. Et puis même, je n'ai rien à lui dire. La page est à moitié tournée, je compte bien finir de le faire.


[left] SEE YA'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Sam 11 Sep - 16:00

Samedi 11 Septembre


J'ai cru halluciner hier soir ! La fille la plus populaire de tout le lycée, la plus belle également, m'a demandée en amie sur Facebook ? J'ai as trop compris, mais elle l'a fait. Elle est dans la classe de F. du coup elles se connaissent depuis 10 jours mais bon, étonnée quand même. C'est cool.
Cette semaine de cours a été on-aurait-pu-faire-pire.Les gars de ma classe me font crever de rire. Il y a vraiment une bonne ambiance, c'est cool. Coté fille, ça se débloque trèèèèès doucement. J'aimerais aller vers les autres, mais C. n'est pas trop comme ça. Elle m'a parlé toute la semaine de Thomas, le mec avec qui elle bataille. Je suis bonne confidente, bonnes oreilles donc ça va, mais j'espère qu'elle va pas me faire partager tout ça pendant 3 mois^^. Sinon, les cours restent les cours. De terminale S, on va résumer ça a des chiffres, des propriétés et des théorèmes incompréhensibles, des TP, la masse de travail et d'heures. Dépitée, au bout d'une semaine.

M. me manque un truc de bien là ! J'aurais pas cru. Mais je suppose que ça passera, comme tout. Fred et moi nous reparlons, calmement, simplement, sans revenir en arrière, sans revenir sur tout ce qui s'est passé. On est entrain d'écrire une nouvelle page qui m'a l'air ma foi plus saine. Amicalement, quoi. Mais il y a encore (et il y aura toujours) ce jeu de séduction entre nous, j'ai compris qu'on ne pourrais jamais faire sans. Mais on peut limiter la casse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Dim 12 Sep - 15:50

Dimanche 12 Septembre

AHAAAAAAA. Hier soir, pour une dernières fois j'ai revêtu mon costume de party-girl. (Oui bon, je suis sortie quoi). Soirée Salsa en ville. Avec P., C. et d'autres copines. Toujours mieux que de rester à la maison mais ça a été un peu chaotique. On a fait que crapahuter à la recherche de gens qu'on connaissait, se perdre, mettre 3ans à commander. On a bu 2 verres à tout casser, on a dansé tranquillement. J'ai aperçu Stan de très très loin mais impossible de le retrouver ensuite. Aperçu également Fred, en début de soirée. On est dans un jeu stupide ; que ce soit au lycée ou ailleurs, aucun ne veut faire le premier pas pour aller voir l'autre, je veux dire, rien que le fait d'aller se dire bonjour. Du coup on se regarde comme deux idiots du genre " mais je viendrais pas, tu peux attendre". Ce qu'il s'est passé.
1h40 : On part dans 20 minutes et m'apparait soudainement la tête de M. en plein milieu de la foule. P. me suit, et nous allons vers lui, sa bande. Il est sobre lui aussi (pour une fois !). On se dit bonjour, on discute tranquillement en se faisant un peu ch*er comme des gamins, comme d'habitude. P. alias la lourdeur incarnée, nous sort que des phrases type "Allez sortez ensemble ce soir." "Et pourquoi vous sortez pas ensemble sinon en vrai ?" " Allez mais vous attendez que ça ! "J'ai vraiment cru que ça allait se finir en défenestration de P. cette histoire. Voyant que ça n'aboutissait à rien, (M n'était visiblement pas open !) et ses amis ne voulant pas trop me voir approcher de lui, P. et moi décidons de nous éloigner et d'aller danser. L'esprit mal tourné on se lance dans une salsa endiablée à 5 mètres d'eux. Ils nous regardent et M. et sa meilleure amie nous imitent (enfin, essaient:HuHu: ). Je fais le signe le pouce en bas pour son niveau pitoyable. Je me suis entendue lancer un "Viens, je te montre". Et nous voilà entrain de danser, de rigoler, de retrouver notre complicité. Mais l'heure tourne. "Allez j'y vais" Bise. Mais je suis pas partie. Je le regardais dans les yeux sans jamais lâcher. Il regardait de temps en temps, mais baissait la tête aussi, il ne tenait pas le regard, il se doutait bien de se qui se tramait. Il me connait, quand je veux quelque chose...."Bon OK !" m'envoie t'il. Il penche sa tête vers moi. "Je veux pas de la pitié moi, t'es dépité, je m'en fous de ça." (vous avez dit chiante ?). On continue de danser. On se racontait encore nos vies, il me regardais avec son sourire narquois que je connais si bien. Mais oui ça s'est fait, évidement que ça s'est fait. On s'est rapprochés près, très près. Bref. Et après avoir autant bataillé, on ne pouvait plus se lâcher. C'était Parfait . Il ironise ; "C'est la première fois qu'on s'embrasse pas saoûls." On dansait encore, on s'embrassait encore et encore, je vous promet, impossible de se détacher. Même après maints appels de P. "Allez putain on y va C. !" Et M. lui criant dessus "BON T'ATTENDS C'EST BON TU NOUS FAIT PAS CHIER LA. VA VOIR AILLEURS". Ça au moins deux ou trois fois. Non, moi ce qui m'a fait le plus réagir c'est "3 appels en absence: Papa". MEEEEEEEEEEERDE. Mais mon père est cool luve . Je le rappelle en prévenant Mickael de se la fermer derrière moi.
"Allo Papa ? On arrive t'es où ?
M. : - OH OUI CLEMEEEEEEEEEENCE !
- Papa 'y'a du monde j'te rappelle dans un coin tranquille !!"
J'ai gueulé sur M. comme une furie. Il était mort de rire. Moi aussi au final. On se chamaille/ on s'enbrasse On s'embrasse on se re-chamaille. On ne sait faire que ça.
"Bon allez j'y vais". On s'embrasse un fois. 2fois, 3fois. Je me retourne, il me tire par le bras. 4fois.5fois. On se lâche la main, et P. et moi quittons pour de bon cette soirée.
Ce foutu M. je crois que je l'apprécie un peu plus qu'il ne faudrait. Et merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Sam 18 Sep - 14:52

Samedi 18 septembre.

Demain c'est mon anniversaire, ça m'fait assez chier, m'enfin bon qui y échappe ?
Le semaine est passée assez vite, si les 5 prochaines pouvaient l'être de même, je verrai déjà le bout des vacances arriver.
En même temps j'ai commencé fort. Lundi, j'avais cours à 9h. Je devais me lever seule pour aller prendre mon bus à 8h30. Mon réveil sonne, normal, il affiche 7h30. Je m'avance dans la cuisine et le micro-onde me fait une bonne blague, il m'affiche 9h27. La pendule du salon me fait aussi cette blague, et mon portable aussi. AH. Et en bonus, 4 appels en absence de mon père (qui travaille au lycée) tentant vainement de me réveiller. Il y a tout simplement eu une panne de courant et mon réveil a pas kiffé. Bref. Je suis donc arrivée en cours à 14h.
Sinon les autres jours, rien de particulier... Ma classe est gavé sympa, on rigole pour des conneries incroyable a tel point que la majorité de nos profs s'énervent déjà au bout de la deuxième semaine à savoir "Mais vous avez quel âge ! Je croyais avoir des Terminales ! " " Taisez-vous c'est insupportable" " C. range moi cette bouteille de Coca ! Et D.c'est quoi ce paquet de gateaux ! Non mais sous prétexte qu'il est 16h vous goûtez en cours? " "M.je RÊVE c'est une GAME-BOY ?!" .
yahou

M. m'a parlé (msn) lundi et mercredi soir. en commençant à chaque fois par " T'as vu c'est toi qui vient jamais ! " (Je lui avais reproché de ne plus me parler samedi soir, depuis un certain temps). OK MEC FAISONS COMME ÇA. Du coup on a parlé un peu, de trucs débiles. On n' a plus la même relation qu'avant; comme il dit, maintenant on croirait qu'on a élevé les cochons ensemble. On se lâche complètement, on n'a plus peur de rien alors qu'avant, c'était discussion d'une fille à un garçon du genre on faisait paraître que le meilleur pour se séduire. On a réussi à devenir de très bons amis boogie . C'est vrai, certains jours je fais paraître que je voudrais plus. Je suis extrêmement attachée à lui mais bon, en ce moment ça n'est pas possible, et j'adore cette relation amicale où quand même, 'y'a des sous-entendus.
"Au fait 'faudrait que je récupère ton numéro.
-AH PARCE-QUE TU L'AVAIS PLUS.
-Euh non mais au début de l'été on était en moyen termes hein. Tu me connais, forcément, je t'ai viré de mon répertoire :D
."
Je vais pas les supporter longtemps, ses gamineries. Enfin bon, là on se revoit pas pendant un loooong moment et je pense qu'on pourra faire le point justement.

Sinon Fred et moi sommes revenus au point de départ, c'est sûr. C'est bizarre, on dirait qu'on est entrain de se redécouvrir, alors qu'on se connait par cœur, je ne sais pas ce qu'il se passe, mais j'ai l'impression, en parlant avec lui d'être revenue il y a 10 mois. Je ne pensais pas qu'on aurait pu faire table rase aussi efficacement et rapidement de ce qu'il y a derrière. Et en même temps, c'est cool parce-que moi, je ne ferais pas deux fois les mêmes erreurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Ven 24 Sep - 0:27

Jeudi 23 Septembre

Et Dieu bénisse les grèves ! Seule ma prof d'espagnol était présente aujourd'hui, autant dire qu'on l'a tous plantée.
Pour autant, il est 23h16 et je me noie dans mes annales de Physique et mes exos de maths. Évidement je n'ai rien fait de la journée et c'est quand ça urge que je commence à m'inquiéter. Je trouve même le moyen de faire un pause (en ce moment-même). Ma flemme m'impressionne.
J'me suis fait un électrochoc en voyant comment j'avais grossi en deux semaines ; soit depuis la rentrée. Bon ok on me trouve ridicule avec ça, parce-que je me suis mise à paniquer quand ma balance a passé le stade des...50kg. Non mais j'ai vraiment pas kiffé en plus. Mais j'arrive à manier mon corps comme je veux, donc un peu de patience et dans quelques temps je reviendrais à mes 47 kilos d'antan.
M. et moi avons eu une discussion de 2h hier mon dieu que ça a fait du bien ! Ça faisait bien trop longtemps. J'ai adoré, on a vraiment ri et c'est clair que maintenant, on se connait vraiment par cœur, du bout des doigts.
OUPS. Ma pause est finie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Dim 26 Sep - 1:43

Il est 00h19, donc Dimanche 26 Septembre

J'ai eu un flash remember là, violent. Il y a deux mois, jour pour jour, heure pour heure, C, F, moi et 4 amis à nous étions chez moi, entrain de nous "préparer" pour la fête de ma petite ville. Oui entre guillemets parce-qu'en fait on dira plutôt, on se mettait dans l'ambiance. En fait, on mangeait, et surtout, on buvait comme des ânes. Quoique, calmement. C'était en jouant à un jeu de cartes, et "si tu perds, tu bois". Après des dizaines de parties, on commençait à être vraiment chauds.
Mais je 'men souviens c'était tellement bon. Dans mon jardin, les bouteilles, les mégots et la bouffe s'étalaient partout. (Je vous parle même pas à 5h30 du matin le chaos quand on est revenus. C'était tout ça plus nos chaussures, les pâtes qu'on avait dévorées à 5h et j'en passe...). Certes on était à 7 donc plutôt petit comité mais c'était vraiment génial. A minuit, mon père me demande gentiment que mes compères et moi partions à la fête parce-que les voisins (85 ans de chaque coté...) commençaient a péter un plomb. Mes potes étaient bien donc c'est vrai qu'on avait la chansonnette et les cris assez faciles. Un dernier tour aux toilettes pour nous les 3 filles. (Le passage au toilette, quand tu te retrouves avec toi même et que tu réalises que ouais, t'es déchirée). Je laisse F. y aller. Puis C. je les retrouve, F. assise et C. allongé sur ma pelouse "Les ninous on est vraiment blindées là !". On part, tous les 7. K. s'incruste dans les jardins des gens, S. pisse dans les boites aux lettres, moi...je vomis. Non mais j'ai un truc qui était mal passé, c'est tout.
On arrive à la fête, on trouve la moitié du lycée. On a passé une soirée de folie. on rencontre beaucoup de monde. On danse, on fume, on choppe. (M. pour changer, quoiqu'à ce moment là, c'était la première fois.)
Puis à 5h on est rentrés. On allait un peu mieux nous les filles, mais toujours assez joyeuses (fallait-il qu'on est sacrément bu !). Les gars étaient toujours saouls et nous on fait crever de rire sur le chemin du retour. Arrivés chez moi, on rigole, on bouffe, et on dort.
Le lendemain matin ( quelques heures après) les zombies sont sortis des tentes. On s'est racontés notre soirée, on a mangé et on s'est réveillés tranquillement. Puis un par un, tout le monde est parti. Ma maison n'était plus qu'à moi. C'était juste géant, sinon.

Tout ça pour ça, mais ma session nostalgique, il fallait que je la fasse. Parce-qu'on est deux mois plus tard maintenant. Fin Septembre. Nuageux, froid, pâle septembre. Lycée, fatigue, journées de merde. Mais on tient. Savoir que dans 10 mois, on refera n'importe quoi ça nous porte.
Qu'est-ce qu'on est cons à 17ans, mais putain qu'est-ce que c'est bon, l'insouciance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Ven 1 Oct - 22:42

Vendredi o1 Octobre.


Ces semaines me crèvent mais alors pas possible. Ou alors le 3x500 de cet après-midi qui m'a achevée, je sais pas. Une horreur de courir sous ce cagnard, j'te jure... J'ai beau vraiment adorer le sport, là 'fallait du mental ^^.
Et vas-y qu'on vous colle des interros à la pelle et vas-y qu'on s'enfonce un peu plus à chaque fois à se les rater ! Bref, marre là. Marre des histoires de m*rde au lycée, marre de se lever toujours trop tôt, marre de devoir voir tous les jours des têtes de cons, marre de bosser.
Mais elle est là. Ma C., mon quotidien. Chaque jour, chaque heure, c'est avec elle. Et c'est tellement bon ! Et si tout devait être à ch*er, si tout le monde devait me lâcher, tant qu'elle serait là, tout irait.
On voit aussi F. très régulièrement. Elle manque sévère quand même. J'aime tant notre trio, c'est fou. Il m'aura fallu 16ans pour trouver les amies avec un grand A. Celles qui vous font vous rendre compte que les autres ne sont que des "pines-co".

Au sujet de M., j'ai la sensation de me répéter sans cesse. Parce-que oui forcément ça évolue pas des masses. Mais c'est voulu. On parle, on parle. On s'entend toujours de mieux en mieux. C'en est même vraiment surprenant, à quel point on se ressemble. Mais finally on ne peut être qu'amis et est-ce que c'est pas plutôt mieux ?
Avec Fred, niet. Y'a rien à dire. A voir ma relation avec M., je me rends compte qu'il n'est rien pour moi. On se parle de moins en mois, par mon choix, et je me sens très bien, voire de mieux en mieux.
Demain matin je dois me lever quoi. BLAGOUNETTE (comme tous les samedis matins mais ça fait archi-mal quand même). Cours de piano et de danse. Et shopping parce-que quand même au bout d'un moment voilà.
Bon OK je vais vraiment appeler le 36.15 parce-que arrivé à un stade c'est plus possible de raconter à ce point sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Mer 6 Oct - 15:38

Mercredi o6 Octobre

PUTAIN PUTAIN PUTAIIIIIIIIIN GRR .
Oui je suis vulgaire, c'est pas nouveau mais ça se voit assez quand je suis extrêmement énervée, comme en ce moment-même.
Mais pour une raison que je en souhaite pas exprimer (Journal PRESQUE intime que ça s'appelle allons bon.). Pourtant j'ai lâché mes nerfs sur ma mère quand je suis rentrée confused 2 pas très classe mais elle comprends que je ne pense pas tout ce que je dis. On s'est engueulées comme pas possible, et au lieu de rester chez moi à 2 doigts de péter tous les meubles, (je dois avoir 3 accès de colère par an mais je fais vraiment pas semblant quand ça arrive...), je suis partie courir pour me défouler comme je fais assez souvent. D'ailleurs je me suis arrachée le mollet à des ronces ou je sais pas quoi toujours est-il que j'ai la jambe scarifiée là, du genre j'ai coupé à la lame de rasoir, AFRREUX.
Bref entre ça, pleurer un bon coup, écouter de la musique (quoique pour les nerfs c'est pas ça qu'il me faut m'enfin), et les heures de piano que je vais m'enfiler, NORMALEMENT je devrais être un peu calmée. Mais je vous jure que le premier qui vient me faire chier mais...une nouvelle dentition, CADEAU ! Ce besoin d'être seule, mais vraiment seule se fait ultra ressentir. Bien que personne ne me saoule particulièrement, mon caractère solitaire prends le dessus dans ces moments-là.
Bref voilà, écrire, parler pour rien dire, ça aussi ça me défoule.
Règle n°= 1 : Arrêter de faire "profiter" tout mon entourage de mon caractère de merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Dim 17 Oct - 21:31

Dimanche 17 Octobre.

J'ai passé un week-end plus que tranquille. Je n'avais pas danse ni piano, je me suis branchée en mode marmotte (quoi, les contrôles, les dev..les quoi les devoirs ? bop connais pas). C'était bien cool finalement, oui quoi c'est bien des fois de rien faire. J'aimais bien, dehors il faisait un très beau soleil mais il faisait aussi très froid. J'aime beaucoup ce temps, je ne sais pas pourquoi. Je suis restée en jogg' avec mon énorme sweat des Los Angeles Lakers, à écouter de la musique et à geeker. J'ai bien parlé à Fred, surtout aujourd'hui. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, j'en tire comme conclusion que ça va péter un de ces 4. Notre fusionnelle relation ne reste pas bien longtemps du bon coté de la force !
Avec M., on parle aussi beaucoup. Il m'envoie des textos durant la journée maintenant, pendant que je suis en cours. Il me fait rire. C. me voit sourire, jette un coup d'oeil à mon portable et comprends ; " T'as tellement de chance tu sais, moi je bataille avec T., et j'ai l'impression que jamais il ne me dira des choses comme M. te dit."
Oh ma cocotte. Bien sûr que si, toi aussi, you will be loved.

Mon lycée est peuplé de jeunes rebelles ma parole HAHA !
"0ùù3y' 0n faiit tr0p' le BLOUCUSS n0ùùs 0n 3st gàààvey' c0ncernééés by les retraiit3s." Non mec, à 15 ans tu devrais pas batailler. Viens passer ton BAC, ensuite t'auras peut être un métier et après alors, tu pourras te plaindre. Mais là, non.
Surtout que la vraie motivation c'est "je vais louper des cours, je serais pas sanctionné, les profs font pas l'appel, c'est grève ! ". Bref, perso ce blocus de m*rde me fait chier. Je ne dis pas qu'il n'y a pas à se plaindre, parce-que bien sûr, certains ont raison de se révolter, mais les lycéens, restez sur vos chaises et faites pas chier.

Il fait bien froid, on plonge de plus en plus dans la pénombre et l'hiver. Les beaux jours paraissent tellement loin. Ces soirées au téléphone avec C. lorsque je m'asseyais sur la petite route devant chez moi, à 1h du matin, plus personne ne passait et je restais là plusieurs dizaines de minutes, plusieurs heures des fois, jusqu'à ne plus avoir de batterie et devoir raccrocher. A prévoir nos futures soirées, nos prochains plans. A n'avoir comme problème que "demain plutôt plage ou plutôt piscine ?" à se dire "mon short beige avec mon débardeur blanc ou noir ?" ou "est-ce que samedi soir je vais voir M. ?" ou " Sorbet fraise ou sorbet pomme ?". Si loin maintenant. En plein dans les embrouilles, le boulot, le stress.
HELP ! Lil' break dans une semaine tout pile. Ma Lisou vient, ça va faire beaucoup de bien. 10 jours de vacances après 8 semaines de cours, est-ce bien sérieux ? Des fois j'me dis " mais quand est-ce qu'ils me la refileront cette légion d'honneur ?" HAHA.
ninja
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Sam 6 Nov - 19:53

Samedi o6 Novembre.
Alors autant, je suis pas vraiment du genre a vouloir presser le temps, à me projeter dans la vie d'adulte, etc... mais LA avoir 18ans ça nous aurait p*tain d'aidées !
P., A., A. et moi sommes sorties ces vacances, et littéralement REFOULÉES à l'entrée de tous les bars et boîtes, et des négociations de fou pour boire seulement... Une horreur. Mais bon, pas mal de monde du lycée était là, du coup, on s'est retrouvés à pas mal dehors, à glander mais au final s'amuser vite fait. On avait vraiment rien à faire alors j'ai fumé, fumé (cigarettes angel évidemment)... Moi qui n'en ai pas l'habitude, la voix de baryton le lendemain c'était sympa ! :) En fin bref, à répertorier comme pire soirée de ma vie je crois ! confused 2 Peut -être un peu mois que pour A., qui s'est retrouvée cocu à cette même soirée... Je l'adore vraiment et la voir dans cet état comme ça m'a trop touchée, j'avais sincèrement mal pour elle.
Après ça, ben rentrée. Revoir enfin C. m'a donné une sacré bouffée d'oxygène !! Passer mes entières journées avec elle c'est juste le bonheur.
Rentrée qui a eu lieu depuis 3 jours, qui sont autant de jours depuis lesquels les gens de ma classe savent un de mes exploits de cet été. Je me fais chambrer au possible, la moindre parole n'est qu'allusion... Mais après tout ça me gène pas tant ça qu'ils le sachent et je rigole avec eux; je dois dire qu'ils tournent ça bien et ça fait marrer tout le monde. Non, le truc moins drôle c'est quand des amis d'autres classes viennent me voir "mais on appris dis donc ! timide et puis tu nous excuse mais ça a tourné dans toute la classe!". A ce rythme, je donne pas 5 jours pour que ma réputation ne vale plus que 3frcs 6 sous. Après au pire des cas, j'assume pleinement !
Gros moment de vide sidéral entre M. et moi. Ça doit être dû à sa période d'examen confused 2 enfin j'espère. On se parle plus tellement, plus, pour être juste. Bizarre.
En revanche c'est cool avec Fred. Ben hier soir, on avait un concert (en tant qu'artistes, oui oui HuHu à peu près satisfaite de moi). J'avoue qu'en costard noir, ça ne m'a pas laissé de marbre... (mais réciproquement quant à ma tenue !). On a passé la majorité de la soirée à se chamailler en coulisses, à se chambrer sur tout et rien. Ça devient de plus en plus ambigü (c'est reparti pour un tour --'). J'ai pas capté pourquoi autant de gens venaient me voir en faisant "Alors avec Fred ?" " Et au fait, Fred et toi..." "C'est hyper chelou vous deux votre histoire ! " "Aha regarde Fred fait un solo il envoie grave !" MAIS QUOI FRED ET MOI? QUOI ! Y'A RIEN. Y'a rien ? Je sais pas, mais bon c'est ce que je dis. De son coté j'ai aucune idée de ce qu'il y a mais honnêtement, en ce moment tout va bien et j'ai pas envie que ce soit encore le merdier alors au pire, on continue comme ça.

PUTAIN et à quelle heure Deezer se réveille !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Dim 19 Déc - 23:41

Dimanche 19 Décembre

Toujours en vie, promis !
Que s'est-il passé durant ce bon mois de mon existence ? Ben pas grand chose. La vie quoi. Le lycée, des liens se resserrent, d'autres s'arrachent. Ma classe est parfaite, on se marre vraiment ; 3ans et demi d'âge mental, mais c'est ça qui est bon. C. et moi nous rapprochons encore et toujours. Et je dois avouer, qu'une des choses qui me fait me lever le matin, c'est de savoir que je vais passer ma journée à côté d'elle ; on se comprend tellement bien, on s'est tellement trouvées que vous voyez, on ne s'est jamais engueulées, pas même une seconde, et pourtant on passe 10h par jour ensemble. L'Amie quoi. Celle qu'on voudrait toutes.
Il y a F. aussi évidemment, toujours présente, mais forcément, on la voit moins.
Et puis, les copines. P, A, A, toute la bande quoi. Et puis après, ils restent ces meufs, celles qui nous haïssent, C. et moi, on ne sait toujours pas pourquoi. Elles passent à côté et "Humm ça sent les pétasses", réflexion qui nous a été très intelligemment adressée. Ça, c'est quand elles sont en bande. Et puis dès qu'il en manque une, elles ne nous regardent même pas; on les fixe en souriant genre " Tu devrais t'acheter une vie au lieu de l'alimenter avec la mienne". Ces pimbêches baissent la tête, balancent par derrière, et quand on va les voir, sont à la limite de chialer. Non sérieux, ça gêne en quoi qu'on s'entende si bien, que nous on a pas une troupe de 20 écervelées, qu'on traîne du coup avec les gars de notre classe, plutôt bien populaire faut le dire. Ou peut-être le fait que C. soit pleine aux as ? Peut-être le fait que nous on ait une vie ? Peut-être le fait qu'elles trouvent qu'il y trop de ragots sur nous, et pas assez sur elles dans ce lycée ?
Je crois qu'en fait, c'est simple ; au risque de paraître très prétentieuse, mais le fait est, que comme dans tous les lycées, c'est un peu la quête de popularité. Et que de ce fait, nous, on l'est assez. Ou toujours plus que ces meufs. D'où les critiques, et des vies inexistantes de leur part. C'est triste :).

Avec Fred, ça n'a pas évolué, et en même, beaucoup (non je suis toute seule dans me tête, et toujours d'une implacable logique). Je ne sais pas trop ce qui se passe. Mais il y a une chose que j'adore, et que je ne vis qu'avec lui ; c'est le fait qu'on se croirait un peu tous les jours dans le film "Jeux d'enfants". Encore hier, on discutait. Tranquillement au début, puis ça a dérapé, quand il a commencé a accabler mon sale caractère, mes soit-disant airs hautains, ma vertigineuse fierté. Susceptible au possible, j'ai pas réussi à lui prouver le contraire, du coup. Ça partait en live, j'attendais une de ses réponses, et il me sort un hors-sujet; "t'es belle". (j'ai du répondre un truc genre "non mais ta gueule, t'échappe pas des problèmes comme ça" )
-" Encore plus quand tu t'énerves. Encore plus quand je te vois passer, toujours avec tes airs rebelles et je m'en foutiste. Ça se reflète sur ton physique, cette attitude et putain, c'est à claquer mais ça te rend plus belle encore."
Vous voulez répondre quoi à ça. J'étais bloquée.
Et ce genre de séquences arrivent très souvent. Par fois à l'inverse, tout va bien, et on se déchire 3 minutes après. Mais au moins, on peut pas dire qu'on se fait chier ! On verra par la suite.

Dilemme du jour: OU QU'ON REVEILLOOOOOONNE ?
Deux cas de figures: C. et moi. Bordeaux. Boites, bars, je suppose une bonne soirée, nous deux, rien que nous.
Autre possibilité, soirée filles, chez E. Une petit vingtaine, histoire de réveillonner tranquille.
Certes, ça finirai en gros dégât, grosse défonce, et tour en ville qui serait chaotique mais excellent.
J'ai un choix à faire. Mais ce qui est sûr, c'est qu'il y aura C., moi. La base, on peut nous laisser à 2, ça sera parfait quand même, et n'importe où.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Sam 8 Jan - 23:29

Samedi o8 Janvier

Ce réveillon, c'était juste du gros n'importe quoi... Va falloir penser à me tenir en laisse en soirée, parce-que là, j'ai fait des conneries, mais comme rarement. Ça reste une pure soirée mais là j'ai fait super fort. Je m'étale pas, mais les conséquences y sont. En l'espace de 24h, Fred et moi sommes sortis ensemble, et ne nous adressons plus la parole. Merci mes conneries !!
Au lycée, on se regardait même plus. Le vide sidéral, sidérant. Et ce matin, très froidement mais pour la première fois depuis une semaine il est venu me dire bonjour. Rien de spécial. Il m'en veut énormément, ce qui est compréhensible. Parce-qu'en dehors de ça, si on revenait une semaine avant...c'était waouh. J'veux dire, ça y est c'était clair. On s'aimait. On s'aime encore d'ailleurs. Mais j'veux dire 'y'a une semaine, on y était, dans cette guimauve dégueulasse qu'est l'amour, dans ces messages à gerber qu'on s'envoie, dans tout ça qui parait tellement stupide vu de loin. En allant sur son profil Facebook hier j'ai vu : "Fred aime Mais j'men fout des autres, tout ce que je veux ; c'est toi." A la base, j'aurais trouvé ça juste risible, mais quand on se rend compte que c'est pour soi, ça fait...bizarre. (J'adore être amoureuse ça se voit pas..?).
En même temps, il fallait pas que je m'attende à ce que ça marche. Ça marche pas, ça marchera jamais entre nous, j'ai l'impression.
To be continued...

Au fait en parlant du réveillon, j'étais chez E. J'ai retrouvé C. et F. ensuite, en ville, le bonheur.
Être hypocondriaque c'est...l'enfer. Suite à mon maaaaaarvellous réveillon, je suis en flippe total. Il va falloir que je la fasse cette p*te de prise de sang. Qu'est-ce que j'ai peur, c'est fou. Peur n'est même pas le mot, le mot, il existe pas, en fait. Je prie, je prie, je vous assure, je voudrais que cette paranoïa (ou pas d'ailleurs) s'arrêêêêêête.

Mes notes sont en chute libre ! Géant. La rentrée était juste affreuse. Mais j'étais juste contente de retrouver mes petits kikis, ma classe quoi. Ma classe de Terminale, qui à ce qu'il paraît (dixit nos profs chéris) ne dépasse pas niveau maturité, le CP. Mais nous on est contents boogie . Et puis C. évidemment. Toujours aussi similaires et fusionnelles.
Sauf pour notre prof de physique. "Les 2 C., je vous veux plus a coté..."
"Mais on parle pas ! "
" Je sais. Mais vous vous tirez vers le bas. Ça se voit, Je le vois. Je veux bien croire que vous vous entendiez bien mais niveau travail, vous vous déservez.
"
ALLOOOOOO N'importe quoi.


J'en peux plus de moi là. Pourquoi je serais pas une fille sage qui se comporte normalement, en cours, avec les garçons, avec ses amies, quand elle sort,... Pourquoi je suis pas fondue dans la masse comme toutes les filles conventionnelles. Qui se tient bien, qui répond pas, et qui est polie. Bordel de merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Sam 19 Mar - 20:44

Samedi 19 Mars

2 mois et demi à relater... Non j'ai pas envie de m'infliger ça. Trop long, trop chiant, pas envie de réfléchir à chercher les détails futiles, on ira droit à l'essentiel.
Avec Fred c'est toujours trois pas en avant, deux pas en arrière. Sauf ce soir-là où il y a eu 48 grands-écarts en arrière. Un clash mais violentissime. Larmes, hurlements l'un sur l'autre enfin la totale pathétique quoi. Ça n'a jamais été aussi violent entre lui et moi. Une nuit, plutôt un matin à 6h, c'était notre espèce de "bal de promo" du lycée. Physiquement on était classe ouais. Et puis quand on s'est trouvés enfin à cette soirée, 5h du matin par là, ça commençait pas trop mal. Même très bien; on riait, se chamaillait, et plus si affinités. Et puis je sais pas, au cours du temps, comment on a fait pour que ça dérape autant. On a sortis nos 4 vérités tous les deux, on a crevé cet abcès superficiel qui constituait notre relation. C'était du faux, de l'insipide. Après cette altercation, il y a eu les vacances, la période de vide qui a fait du bien, les ponts ont été coupés, mitraillés, démontés, arrachés. Et puis c'est revenu petit à petit. Comme à chaque fois que ça part en live. On revient toujours l'un vers l'autre parce-qu'on a un mental de petite cuillère.
Ce soir on a une soirée ensemble...Carnaval dans ma ville; j'ai un peu peur c'est vrai, à chaque soirée, ou lendemain, rien ne va plus entre nous 2. On verra bien, j'ai promis de me tenir sage. Oui, je suis une réelle catastrophe en soirée.
Et malgré ce lien de béton en armé enter Fred et moi, je n'en oublie pas pour autant les autres garçons. Toujours à cette même soirée de promo, j'ai eu le gars de ma classe que j'estime le plus beau, non seulement de ma classe mais aussi bien placé dans le classement du lycée ( et ce ne sont pas les filles qui me contrediront). Allez c'est le brun ténébreux dont on rêve toutes, cheveux en bataille de WW2, a fumer ses roulées à chaque intercours, mystérieux au possible, un style vestimentaire parfaitement réfléchi, faussement négligé. Et ce visage d'ange, mon dieu. Un poupon, un visage découpé dans la couverture de GQ. Antonin. Tout le monde le connait; de nom, de visage. Mais peu le connaissent vraiment. C'était il y a un mois environ, assez récent donc, en classe ce sont des regards furtifs qui se sont installés, rien d'autre, mais justement, c'est ce qui laisse le plus en doute. Des regards, rien que des regards, ses yeux noirs, il n'y a qu'eux qui me parlent.
Mais ce que j'avais pas anticipé, c'était les rumeurs, et dès le lendemain ! C'est allé de bon train.
"Siii il l'a emmenée chez lui après le resto, et personne les a revus de la soirée, le lendemain, ils sont arrivés au lycée en semble tu vois le genre..."
" Tsss elle dit à tout le monde qu'elle a pas la mémoire claire, tout ça pour cacher qu'ils ont couché ensemble, il a pas démenti de toute façon..alors ses "je m'en souviens pas" très peu pour moi.."

Non il dément pas bande d'abrutis. Parce-qu'il en ri, de toutes ces conneries, de tous ces gens qui n'ont rien d'autre à faire que de réinventer la vie d'autres. J'en ai tellement entendu, des nouvelles choses sur moi, c'était phénoménal. Parlez, parlez.
C. en a été victime aussi. Il faut dire qu'on est dans la ligne de mir de pas mal de gens. De filles surtout. On gène, on est pas comme il faudrait, alors ça parle quitte à inventer. On trouve ça tellement pitoyable, ça nous donne juste envie de nous éloigner de ces gens encore plus, et de nous renfermer, encore et toujours.
Ah ma C. Mon petit amour. Un quotidien dont je rêvais. Des rires, fous rires, larmes aussi parfois, de douleur mais bien plus d'euphorie. Des confidences, des doutes partagés, des histoires difficilement dévoilables, et tous ces instants où l'on aurait bien voulu arrêter le temps.
Sans oublier F. notre petite bulle d'oxygène notre lien avec l'extérieur haha.

Voilà. Ma petite vie a roulé, sinon. Les cours ça va. Le reste aussi. Je trace ma route tant bien que mal.

Si ma soirée en vaut le coup, peut-être en ferai-je un compte rendu d'ici peu.
Bon vent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Ven 25 Mar - 23:12

Vendredi 25 mars

Semaine à marquer d'une pierre blanche ! C'en est fini avec Fred. Cette dernière engueulade a été celle de trop. Alors au lieu de subir, comme à notre habitude, ce qu'il nous arrivait, je me suis secouée. Je l'ai rayé, il n'existe plus, il n'est qu'un élève parmi les 2300 autres du lycée. Et le plus étrangement du monde, il ne m'a pas manqué, et il ne me manque pas. J'ai même passé une semaine tellement agréable ! Je n'avais pas testé finalement, mais mon quotidien sans lui est vraiment meilleur. Je me sens plus légère, plus libre, aussi. Et j'ai comme l'impression que ça va continuer. Rien absolument rien ne me donne ne serait-ce que l'ombre d'une envie, de retourner vers lui. Ça lui apprendra. Son dernier mot a été ciao. Ciao. Haha. Comme si j'allais revenir. Naïf.
Je n'ai que 2 amours, C. et F. Si tout est si parfait c'est parce-que c'est elles, si chaque jour est a chaque fois mieux que le précédent c'est grâce à elles, si mon bonheur avait des initiales, ce serait les leur.
Tiens en ce moment j'ai une petit nostalgie de M. qui me prend. Je me rends compte qu'il me serait parfaitement convenu; lui me comprenait, lui me faisait tellement rire, lui aurait été bien. Mais mon caractère solitaire en a voulu autrement, et nostalgie ne rime pas avec regrets.
Antonin m'obnubile. C'est vraiment le mot. Les regards que l'ont s'échange me troublent de plus en plus. Rien que lui, son personnage, il me trouble. Déjà physiquement, je ne m'en remet toujours pas. Je décrète officiellement que jamais un garçon ne m'avait fait rien que physiquement cet effet d'obsession. Et puis bien sûr, il y a sa personnalité que je ne comprends pas, du tout. Il n'y a rien de plus intrigant. Je me fais peur toute seule à ressentir une telle obsession mais pourtant ses yeux me glacent, son visage me bloque et sa voix me trouble. (Bonsoir je suis désespérée, re baptisez-moi Susan Mayer).

Je m'étais promis un compte rendu de cette soirée Carnavalesque d'ailleurs, alors allons-y. Plutôt réellement décevant. J'étais avec C. on croisait du monde mais rien ne se passait vraiment. Jusqu'à ce qu'on croise deux potes à elle qui ont pu nous faire rentrer dans une boîte cool, enfin bref, un endroit ou ENFIN on ne s'était pas faites jetées, à cause des "désolé les filles vous faites vraiment trop jeunes" des videurs. S'ils avaient fait 100 kilos de moins, promis on les aurait tartés ! Non seulement ses potes nous ont payé l'entrée, mais aussi verres sur verres. (Nous vénales ? bop).
Ça commençait à être vraiment cool, mais malheureusement ça avait mis du temps à ce qu'on les croise, et après 2 heures à bien se marrer on devait y aller. 3h du matin, on rentrait. Je croise Fred, il ne le savait pas encore mais c'était la dernière fois qu'on s'adressait la parole. Rien de bien méchant mais cette discussion m'a fait réagir. Bref, avis mitigé sur ce soir-là.
Je crois que la prochaine soirée ça va être grosse marade. Chez C., maison vide, moi et F., et une partie de notre classe de fous-furieux-drôlissimes. Mais rien n'est sûr, c'est juste un projet.
En tout cas ce soir c'est dodo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Dim 10 Avr - 23:21

Dimanche 1o avril

Malgré ma détermination et sa bonne volonté à me comprendre, nous n'avons rien pû faire; on a été contraints à passer la journée ensemble. Je suis arrivée un peu en retard, j'allais à la dernière table libre. Et il est arrivé 5minutes après moi, forcé lui aussi, d'aller à cette dernière table, à mes côtés, donc. Fred, l'oublié de 3 semaines. Deux jours avant il m'avait écrit pour comprendre un minimum ce que je faisais; il est vrai que j'étais partie sans rien dire. Ces 3 semaines de vide m'ont fait un bien fou. Alors aujourd'hui tout s'est plutôt bien passé, malgré un début un peu difficile...des paroles froides, surtout...tout ça s'est vite transformé en chamailleries..., puis en discussions incessantes.
J'en ai marre de nous. Cette dépendance m'effraie, ce besoin m'exaspère. C'est un énième échec d'éloignement, il va falloir que j'accepte que l'un sans l'autre, ça ne se peut pas.
Je dois l'avouer, que cette journée était géniale, à ce niveau là; on a rigolé comme deux gamins, moi lui bousillant ses affaires, lui faisant des blagues ne valant pas un clou, nous n'écoutant rien, riant aux éclats ou s'expliquant avec gêne.
Je laisse faire le temps, qui vivra verra.
Je pense encore beaucoup à Antonin, mais je me suis rendu compte que cette obsession n'était réellement que physique, et j'ai l'impression que jamais plus rien ne se passera.
Je voudrais sortir plus, bien plus, mais mon éloignement avec le reste du monde et mon renfermement avec C. me limite beaucoup. Tant pis. Ces derniers temps, plein de gens nous l'ont reproché ; "Toi et C. ... Il n'y a que vous dans votre monde ! Pourquoi vous vous fermez à tout, à tout le monde ? Pourquoi vous oubliez le reste quand vous êtes toutes les deux ?" PARCE-QUE !!! Parce-que. On est bien comme ça, on est le mieux du monde. Notre quotidien ensemble, juste nous ensemble, est des plus parfaits, voilà pourquoi.
Reste encore ma classe. C. et moi nous entendons quand même bien avec D. Oui c'est rare que l'on s'entende si bien avec une autre fille. Il faut dire qu'elle a notre façon de penser. Elle est adorable qui plus est, et drôle. De toute façon, nous ne sommes que 9 filles pour 20 garçons. Grâce à eux, nous avons un lot de fous rires chaque jour, c'est devenu une nécessite maintenant.
Ma vie continue. Je donne de plus en plus d'importance à la danse, malgré le fait que je vais être obligée d'arrêter l'an prochain; commencement des études loin de chez moi oblige. Ce futur manque va être à combler, je ne sais par quel moyen !
Bref, bref.
Un coup de fil à passer. Oui à C. en fait, parce-que tout de même, ça va faire 3 jours que l'on ne s'est pas vues.
Sur ce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Ven 3 Juin - 15:09

Vendredi o3 Juin

WISH LIST

- Mon Bac (ouais quand même...). Non c'est faux je commence pas dans 12 jours et j'ai pas absolument RIEN fait. Non c'est faux j'ai pas envie de manger de la physique chimie, biologie et mathématiques à m'en rendre malade. Mais le pire, c'est que même si j'ai pas envie, il va falloir.

-Mon école à Paris. La formation dont je rêve, dans la ville dont je rêve. Là c'est plus "I wish" mais "I absolutely want !!". PI-TIE.

- Refaire le plein de fringues. Mais c'est pas la période ma grande, là t'es censée rester enfermée chez toi à bosser. T'attends les soldes, tais toi.

- Des soirées avec ma classe. Une de prévue déjà. Ils sont tellement géniaux mes bébés de Terminale S7. Ca pique fort fort de devoir les quitter. Non, ça pique pas, ça Arrache !

-Ne plus voir la gueule de la majorité de mon lycée. Je serais presque tentée de dire vive la rentrée, que tout se finisse, qui plus est, si je suis à Paris ça sera vraiment fini avec tout ça.

-Que mon petit chat guérisse. Il est tout moche mon Ninou avec sa collerette et ses pansements de guerriers :)

- Passer des heures a écouter Benjamin Biolay.

-Me mettre une bonne cuite avec C. et F. Faire la fête avec mes deux anges. Rire à en pleurer, ne pas penser ni au futur, ni au passé.

- Clasher tous les gens qui parlent de C et moi. A tous ceux qui nous supportent pas nous et notre attitude je m'en foutiste de tout le monde.A tous ceux qui ont décidé de ne pas nous aimer sans raison. Je veux leur dire que c'est nous qui avons raison. Qu'ils sont tous, très très cons.

NO WISH LIST !

-J. dans le groupe de mon village pour faire la fête. Je ne la blaire pas. Je la hais, la conspue, je lui...crache à la gueule. Et si je dois me la coltiner pendant 5 jours, pour moi elle sera transparente. Je me promet de ne pas lui adresser un moindre mot.

- Me séparer de C. J'en ai froid dans le dos rien qu'à l'idée. Non mon Amour, pas toi. Promet moi. Les deux meilleures années étaient avec toi. Les meilleures soirées, les meilleurs fou rires, les meilleures histoires. Les meilleurs moments. Je n'ai toi, que toi, alors si tu n'es plus là, je n'ai rien, et vraiment, PLUS RIEN.

- Me séparer de Fred. Même si je le déteste souvent, l'énerve toujours, le hais parfois. En fait j'ai juste pas envie de lui laisser gagner la partie. J'ai encore envie qu'on se pourrisse notre quotidien, qu'on se fasse l'un l'autre rire, pleurer, hurler, haïr.

-Commencer à bosser mais je crois que ça va urger là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Lun 27 Juin - 15:26

Lundi 27 Juin

Ça va faire un an bientôt, que j'ai commencé à écrire ici. Je me rends compte à quel point certaines choses ont changées, d'autres, pas du tout. Je vois déjà qu'il y avait plus ou moins de tensions avec mes "copines" (exceptée C. et F.). Aujourd'hui c'est carrément clair, les tensions se sont arrachées et il n'y a quasiment plus de liens. Je suis plus proche que jamais de C. mais le reste est coupé, littéralement. Avec P. cette année, ça n'a pas été une partie de plaisir. Elle a mal vécu mon éloignement, je ne sais pas trop comment réparer le tout (même si je ne suis pas la seule en tort sur ce coup ! ). C'est affreux mais j'ai besoin d'elle cet été, et de tout le groupe... C. et moi habitons assez loin, et l'esprit l'été c'est de faire nos fêtes de villes entre personnes de ces villes là. Cette année je suis légèrement alone tu vois. Je vais tenter de me démerder. Au pire je serais avec C., comme on s'est dit, A nous deux c'est mieux. Mon Amour. Je redoute tellement la fin déjà. La voie qu'elle a choisi pour l'an prochain ne va pas me permettre de la voir; son quotidien sera BOULOT. J'ai tellement peur, sans elle j'ai l'impression que je serais de toute manière perdue. Ça me prend aux tripes, j'en ai des sueurs froides, mais j'imagine que tout ne pourra pas se finir comme ça... Ce sont quelques mois à passer et j'espère qu'après ça, elle sera toujours là. J'ai peur, c'est juste ça finalement, de la peur. Mais une dose de cheval.
Je me relève trèèès doucement de ma chiure du Bac. Un désastre.J'ai vraiment peur mais je ne peux m'en prendre qu'à moi même ! Se pointer à une épreuve qui n'est pas celle que vous pensiez passer... réviser chaque matière le soir même... être à 65 litres de café par jour... j'en passe et des meilleures, il n'y a que moi pour faire ça. Et ce fucking tricheur qui m'a enlevé mon exo de probas, je lui ferais bien manger l'intégralité de mes cours de maths. Enfin bon on verra bien mais je n'ai pas pû donner tout ce dont j'étais capable, je n'ai aps fait ce qu'il fallait. Shit.
J'en ai marre de Fred. (tiens ! ça change..) enfin marre.. je ne sais pas si c'est le mot. Il est tellement tout pour moi que ça en est étouffant. On est tellement opposés que ça en est frustrant, mais en même temps, on se connait tellement par cœur que c'en est lassant. Le problème est simple et je l'ai compris. Je me le suis souvent caché mais je n'y peux rien, je suis amoureuse de lui. J'aime pas employer ce mot, moi c'est pas mon truc, aimer, tout ça. Baah. Je suis réputée sans coeur; c'est vrai que je me comporte souvent comme un garçon dans ce domaine; je bataille je fais espérer des garçons et au moment où ils m'avouent tout, PLOUF, c'est direction poubelle. Ce sont des jouets. Je les collectionne en soirée, enfin une vraie Dom Juanette. J'ai mis un peu de temps à assumer mais maintenant tant pis, je suis comme ça, c'est tout. Je ne me met pas en couple, je ne cherche vraiment pas l'amour et je suis censée ne jamais, au grand jamais, tomber amoureuse. Bim Bam Boum, ça a pas marché. Lui ne l'est pas, je sais qu'il ne l'est pas. Ne l'est plus, serait plus exact. Il m'a tellement idolâtrée; une fois de plus j'ai joué à mon jeu mais cette fois je me suis faite prendre dedans, et voilà le résultat. Pourtant il dit ne pas pouvoir me lâcher. Il dit avoir besoin de moi, sans m'aimer comme je voudrais. En résulte cette relation chaotique. Je n'en peux plus et en même temps je voudrais que ça dure encore, des années et des années.

(à éditer tout ça, là pas le temps ! )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Sam 2 Juil - 15:50

Samedi o2 Juillet

Au diable l'édit', je continue ici.
Donc, je disais... des années et des années. Enfin ça, on verra. Lui et moi avons beaucoup parlé lundi soir justement. Au début c'était bon enfant, cool. Et on a commencé a parler bien plus sérieusement, en touchant au fond du problème, autrement dit, moi.
"Tu m"humilie sans t'en rendre compte. Ta fierté empêche une relation que j'espérais depuis longtemps. Change. S'il te plaît, change". Voilà ses mots.
Coco on ne change pas les gens en leur demandant !
Mais savoir que c'est moi qui bloque tout finalement... ça me fait réfléchir. Mais on ne se sépare pas de son caractère comme on se sépare de sa veste, on le dépose pas quelque part par là. Je lui ai fait comprendre que j'étais comme ça. Du coup, je sais pas si nous 2 c'est condamné, bloqué à tout jamais, j'en sais rien. Ça fait deux ans que ça dure ce cirque, j'ai encore largement la force d'attendre encore. Et puis je sens que cet été, comme le dernier il va se passer des choses qui vont encore tout faire remuer là dedans.
Bon ce soir ? Je suis censée sortir avec P. et tout..aouch ! Je ne sais pas ce que ça va donner, ça risque d'être tendu mais on verra, je vais essayer de calmer et arranger le jeu. C'est même pas sûr qu'elles viennent de toute manière. (et si c'est le cas, je ne sais plus quoi faire ! ). Priez pour moi.
C. et moi nous sommes appelées pendant plus de 2h (oui je suis fière de la durée) il y a quelque jours. Elle me soutient dans tout, elle est quoi qu'il arrive, avec moi, sans conditions et ça me donne tellement de force ! Je me demande sans elle ce que je ferais, surtout en ce moment. Je ne me demande même pas non, en fait, je sais que je ferais rien et que je serais paumée sans elle, paumée dans cette foule de gens que je n'arrive pas à capter. Le week-end prochain c'est "Soirée entre C." je crois haha. Chez elle, nous 2. Rien d'autre que le bonheur.
La plage m'attend.

Peace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Mer 10 Aoû - 0:11

Mardi o9 août

Echauffage de poignets, branchement du cerveau, tri dans la carte mémoire... Allons-y.

Mais QUELLE VIE mon Dieu ! comme dirait si ironiquement ce cher M. Oui déjà, il y a son come-back à lui. Après une année claire et nette de coupure, on s'est recroisés en soirée et la complicité, on l'a toute de suite retrouvée.. un vrai bonheur, je ne vais pas mentir. Qu'est-ce qu'on a rigolé...! On reparle, et chaque jour, longtemps, on s'entend vraiment à merveille. Pour l'instant on se retrouve, la suite on verra bien. Mais reste qu'à la rentrée, on est quasiment voisins, et on est dans la même fac, alors je sens qu'on a pas fini !! Mais je sens aussi, qu'on ne va pas s'en plaindre. Qui vivra verra.
Avec P. et le groupe c'est l’hécatombe totale, Bagdad, Kaboul et Lampeduza réunis. Un peu le printemps arabe ouais, mai 68, les révoltes des banlieues, une droite de Mohamed Ali avec des gueulantes à la Pascal le grand frère mode Hulk. Bon OK, peut-être un peu exagérées mes métaphores, mais en tout cas, c'est violent. Étaler le pourquoi du comment ça serait hyper long mais en gros, il y 2 principales raisons : ma bulle créée avec C. tout le long de cette année qui a fait que je me suis foutue royalement des autres. J'assume, j'étais trop bien comme ça, j'ai passé peut-être la meilleure année de ma scolarité. Et puis notre image. Oui j'ai fait de sacrés bêtises. Oui je sais, et celles là aussi je les assume. Mais P. fait pitié; sa manière de me les reprocher est ridicule. Non mais oui, ce truc écervelé a cru que j'allais la laisser m'insulter. Elle a cru qu'elle arriverait à me pourrir la vie alors qu'elle est juste entrain de perdre son propre temps dans son jeu stupide. Bref c'est électrique. Je verrais bien, mais une grosse semaine de festivité arrive, je tenterais une dernière soirée avec elle. Et la dernière, pour sûr, si ça ne marche pas, son numéro disparait, son nom, son visage. PLOP en fumée. J'ai fait bien trop d'effort pour elle, ce personnage transparent et insipide qu'elle est devenue.
Si on en revient à C. je suis comme une écorchée vive, une droguée en manque, une Amy Winehouse (RIP mort... ) sans son trait de liner, un Djokovic sans sa raquette, un Guetta sans ses ordis et CDs, enfin bref moi sans C. c'est l'épreuve qui me tombe dessus et mon dieu, qu'elle est dure. J'ai beaucoup, beaucoup de mal. Elle bosse, pas près de chez moi, elle arrête pas, et même en soirée je n'arrive pas à la voir. C'est très, trop dur. J'ai peur, les mois à venir vont être si longs. Il va me falloir pêcher du courage je ne sais où.
Je sors de 10 jours de stage de piano qui m'ont retournés le cerveau. J'étais avec un grand maître. J'étais comme une cheval de course, j'y ai passé des heures, parfois à sauter des repas, à répéter ce même passage 10,15,30,60 fois. Il me le faut ce concours à la rentrée, mais qu'est-ce qu'il me le faut !!! Mais paradoxalement, ce furent les 10 jours de vide et d'éloignement de mon quotidien, qu'il me fallait. J'ai eu la tête vidée, enfin. Problème, il a fallu enchaîner ça avec 5 jours de fêtes dans ma ville, et oui, le groupe des 18 ans doit être là jour et nuit, se montrer, animer un minimum. Uch, dur ça aussi. J'ai cru que les 5 jours n'allaient pas passer ! Alcool à flot, souvenirs eux, à la mode gruyère. Bonne tranche de rigolade quand même, mais moments tendus, et bêtises quand même, j'ai une réputation à tenir. Un dégât comme à mon habitude. Saoule chaque soirs, certaines fois c'était marrant. Une autre fois, ça a été un peu trop, je l'ai pas vu venir ! Heureusement que de bonnes âmes m'ont pêchée, plus ou moins. Une fois de plus, il y a trop de choses qui m'échapperaient pour une description détaillée des événements.
Un été chaotique en définitive.
Avec Fred on en est toujours nulle part haha. On manque l'un à l’autre, ça c'est clair, et c'est dit. J'ai posé l'ultimatum ; "2 ans d'amimour : il va falloir trouver une solution. J'ai laissé passer tellement de choses, dû dire non à tant de gens, dû arrêter des espoirs, dû mentir à des "amis", dû cacher trop de paroles. Et puis trop pleuré, de joie ou de douleur, trop crié, trop espéré, trop désespéré, trop attendu, trop voulu, trop détesté, trop nié, trop tout en clair. " Dans quelques jours enfin en face à face, on va j'espère la trouver cette solution, quelle qu'elle soit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Mer 31 Aoû - 2:10

Mercredi 31 août (puisque 01h00.)
Dernier jour d'août, donc. Bilan de l'été, donc. Désastreux en fait. Disons faux, faux oui c'est le mot très approprié. Faux parce-que d'une part, faute de n'avoir pu voir C. j'ai fait semblant, avec d'autres. Trouver des camarades de substitution avec qui je n'étais pas moi. Avec qui je ne pouvais ni dire, ni faire ce que je voulais vraiment, à qui je n'ai fait que mentir, et que j'ai manipulé mon dieu, dans tous les sens.
Enfin si, j'ai réussi à faire une soirée avec C. et on s'est appelées assez souvent mais ça ne vaut pas. Mais cette soirée m'avait tellement regonflée !!! Waouh. Un gros manque, mais limite c'est une partie de moi qui part là ! J'y arrive pas sans elle. Ne me lâche pas mon Amour.
J'ai manipulé P. dans tous les sens haha quelle imbécile celle-ci. Pour rien au final, c'est une abrutie finie. Elle et d'autres. Je me suis rapprochée de L. cet été, adorable, une amie d'enfance oubliée mais retrouvée. Et j'ai encore G. une très bonne copine qui l'a toujours été. J'ai passé mon après-midi avec elles. Au bar du village, comme les pires commères, un régal on a bien ri, et ça m'a fait un bien fou. Parce-qu'à part ces deux, je mens à tout le monde. Un métier à plein temps d'inventer des histoires, de changer de veste, de personnage sans cesse. Mais bon.
Engueulade monumentale avec M. Pourtant un bon début, on s'est beaucoup vus mi-août àa se passait très bien, on se rapprochait beaucoup. Et puis mon coté noir, ou finalement, mon vrai caractère a repris le dessus peut-être, ou cette chose alcoolisée incontrôlable que je deviens en soirée. Toujours est-il que sa crise de gamin, pour un damoiseau de 20 ans, m'a sacrément faite rigoler. Et que visiblement, mon statut de fille manipulatrice au cœur de pierre, je l'ai probablement mérité; mais en fait j'assume tellement ! J'ai l'impression d'être forte. D'être un mur un robot, tu vois du genre "pas de quartiers, s'il/elle souffre par ta faute, et pas toi, c'est que t'as gagné. Reste de marbre, c'est ta force". Oui j'adore. On me l'a fait remarqué plein de fois, espèce de fille sans cœur. Elle arrive à faire pleurer des garçons, elle arrive à se séparer d'anciennes copines à jamais.
J'estime que les gens sont des pions, mais des fois il y a des pions à pas louper. Vraiment pas. En l’occurrence pour moi il y en a 2 qui en revanche peuvent tout faire de moi. C., et Fred. Il y a F. aussi dans une moindre mesure, qui compte beaucoup, à qui je ne ferai jamais rien. Je n'ai pas besoin de grand monde amicalement, et amoureusement parlant. Avec Fred, après beaucoup de remous, là c'est stable. Ça se passe même très bien je devrais dire. Après le fait qu'il m’ait vue avec M., après le fait qu'il voie qu'un de ses meilleurs amis commençait à tomber amoureux de moi. V., un petit nouveau qui m'auras bien déstabilisé mais rien de méchant. Un moment de doute mais, non, qui peut croire passer au dessus de Fred. Monsieur Fred qui souhaite que j'aille lui tenir compagnie à Bordeaux.. grosse marade ! Pas avant ma rentrée. Oui ça y est, je vais en ville étudiante ! Mais pas trop tôt. J'suis bien là, chez mes parents, chez moi.Mes parents qui se démennent, mes parents qui, je m'en suis rendue compte, feraient tout pour moi. Avec mes frères ce sont eux, avant tout. Je me rends compte vraiment, à bientôt 18ans que finalement il n'y a pas plus important, que si je tombe ils me ramasseront, que si je n'ai plus rien ni personne, ils sont là. Que toute la sincérité et l'amitié que je ne sais pas donner aux gens, c'est peut-être parce-que c'est un surplus que j'ai pour eux. Ma famille, mon sang.
Et Fred, et C. Voilà bilan, je n'ai absolument besoin de rien d'autre, rien du tout, et c'est même pas ça, je ne veux rien d'autre en fait. Seulement s'il en manque un c'est l'hécatombe. Je m'accroche.

Ca me manquerait presque de pas raconter mes folles soirées, ce que je n'ai d'ailleurs pas fait ces temps-ci alors pourquoi pas parler de cette dernière. Pas du tout la meilleure, mais bon, la plus claire dans ma tête. Avec L., sa cousine E., et S. un copain. 3 personnes adorables, en définitive, qui ont sauvé ma soirée. Départ, avec eux. Arrivée, petit tour de la ville, il n'y a pas encore grande foule à 23h, alors direction bar, on ne change pas une équipe qui gagne. Les verres se suivent et s'enchaînent doucement, les gens arrivent l'ambiance monte, la musique s'accentue. On croise des gens qu'on connait, c'est cool. A 1h j'aperçois E. Une rencontre estivale, un bon copain, et plus si affinités. Un camarade de soirée, en juillet, un peu plus pour août. Seulement monsieur s'est casé il y a quelques jours. Je suis contente pour lui et suis toujours pleine d'affection à son égard, je vais donc le voir. On discute, on bataille. Alcool bien présent mais petite-amie elle, bien absente, bim, dérapage buccal. P. et les autres imbéciles de ses copines (ou moutons, faut voir la version) m'avaient juste en face... Avant je me serais justifiée, mais là, tellement marre qu'un sourire narquois a suffi. J'ai plus trop envie de me battre contre cette stupide personne qui aura donc en définitive, passé son été à savoir ce que je faisais. Il y a encore plus triste que le mien comme été, il faut croire ! Bref moment sympa avec E., mais le lendemain il m'a fait comprendre que même si pour lui aussi, sa copine lui plaisait, et cette fois il allait essayer de la garder haha. Ce que j'ai accepté évidemment, c'est un chic type, je veux juste qu'il soit bien. Le problème a été quand M., nous a grillé. Ah ben là... là je suis allée le voir quand même pour me justifier, mais parler à un mur ça aurait été la même chose. Un idiot lui aussi. Bref, envenimation, dégradation,...arrêt. Plus un mot échangé depuis ce jour-là, et c'est pas plus mal. Puis reste de la soirée avec mes 3 compères sinon; on a quand même bien rigolé, et le retour tous les 4 assez arrachés était sympa, très drôle même.

Enfin voilà. A chaque soirée des histoires types. Sinon, des Very Bad Trip, quand la dose fut trop forte. Quand on voit le lendemain notre gueule de bois, notre crédit parti en fumée, notre corps meutri de bleus, nos fringues débraillées, notre mémoire obstruée, nos exploits, racontés par les sains d'esprits sur le moment. Du genre " Hier soir t'as sauté dans la foule depuis la table du DJ ! Hier soir t'as avoué ça ! Hier soir t'as vomi dans le bus ! Hier soir t'as pas atteri chez toi, t'as dormi chez moi j'te signale ! Hier soir..!" OMG et là je me dis plus jamais comme hier soir. Et puis après on se rend compte qu'il ne faut jamais dire jamais.

Rentrée J-7. Je profite, tu profites, profitons, vous profitez. Moi pas trop en fait, été 2011 assez pathétique. Année 2011-2012 qui rattrapera, je croise les doigts, fortement cette catastrophe estivale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Mer 12 Oct - 18:32

Mercredi 12 octobre

Un mercredi en plein milieu d'après-midi, je suis chez moi ; normal je suis à la fac ! ( non je déconne on bosse, surtout nous les geeks scientifiques ! ).
Ouais voilà ma vie maintenant, celle d'étudiante. C'est sincèrement so cool, mais ça a, pitoyablement commencé; parce-que oui tant qu'à avoir des changements, moi j'ai pas fait les choses à moitié.
Désillusion n°1 et de loin, la plus douloureuse: un concours de piano préparé tout l'été... les heures de travail doivent se compter par centaines, mais qu'importe, c'était ma passion, je ne comptais pas. Mais non, ils m'ont fermé leurs portes... "ça va pas être possible du tout...NON ADMISE !" Oh bâtard. Mais aujourd'hui, je sais qu'il valait mieux. Il fallait que je me rende compte de mon incapacité, de mon illusion.
Mais j'ai de la chance. J'ai l'art de tirer un trait sur la chose qui me tenait le plus à cœur depuis près de 13ans. Ça n'est tout bonnement pas fait pour moi. Adieu musique !
Du coup je traîne tranquillement ma petite vie d'universitaire. Ben c'est chouette, en fait. Je me suis faite un groupe d'amis, et ça fait tant de bien de repartir à zéro ! QUE de têtes inconnues. Et on s'apprend, petit à petit. Sortie à sortie, plutôt. Une bande d'abominables mais délicieux fêtards et fêtardes. On arrête pas, d'écumer bars et boîtes de la ville plusieurs fois par semaine souvent. Et le pire c'est que le lendemain on va en cours, pour la plupart, et je crois bien que le plus drôle dans tout ça, c'est bien ça ! Mais ils sont d'une drôlerie sans pareille, et on ne passe pas un jour sans multiplier les fous rires ; je n'ai jamais eu de si bon médicament face à la morosité de mon début d'année.
Je garde un contact régulier évident avec la seule personne que je me devais de garder, C. Ça parait lointain tout ça, mais c'est parce-que ça y est, elle l'a trouvé. Son prince ! Son mec, elle l'aime c'est fou. Mais étant donné que monsieur vit assez loin, C. divise son temps. Malgré tout on essaie de souvent se voir et puis rien n'a changé à part l'arrivée de J., son copain. C. et moi sommes des piliers sûrs l'une pour l'autre, on le sait, et rien ne rendra ça plus fragile.
Ô surprise ! Avec qui pourrais-je bien être dans un froid intersidéral depuis une dizaine de jours ? Qui est l'objet de mon GRAND changement number 2 ?
Béh oui Fred ! Bien vu. Alors OK d'habitude quand je lui dis " A jamais !", c'est rempli de mensonge et de mauvaise foi. Parce-que l'un de nous reviendra, et on le sait. Autant là, ce qui s'est passé m'a définitivement vaccinée de revenir. On a changé, et lui, et moi. Et du coup c'est un sérieux problème de communication qui se pose. C'est coupé, on se capte plus. On a encore eu droit a une de nos engueulades faramineuses, parsemées d'insultes et de provocations en tout genre.
Je lui ai promis que je ne reviendrais pas. En plus c'est plus simple de tenir maintenant, on ne se voit plus. Alors ok là il a peut-être gagné une bataille; mais j'espère qu'il aura bien mal. Et je lui ai juré qu'un jour, il me crachera un "tu avais raison" et ce même si ça doit lui déchirer les entrailles. C'est vrai quand je repense aux anciennes fois où j'ai voulu l'oublier ça me fait bien rire... 2 jours plus tard j'étais forcée de le croiser, et forcément tout revenait, même avec froideur, mais on était repartis. Sauf que là, aucune échéance ne nous destine à nous recroiser. Et c'est sûrement ça, le plus gros tournant.
Je vis, sans lui. Avec M., c'est génial. En fait 'y'a rien de particulier, mais on se voit souvent, on s'écrit beaucoup et on s'entend vraiment, comme ça a toujours été le cas, à merveille. Malgré tout ça, et les nombreux mois durant lesquels on bataille comme ça, pas un seul sentiment amoureux ne naît de ma part. Je l'adore, j'ai énormément d'affection pour lui, mais j'ai pas LE truc, tu sais, LE truc. Pourtant aujourd'hui, il semble être mon futur amoureux le plus probable...
Parce-qu'après il y a V. Un (ex !) pote à Fred. C'est vrai, on est mentalement sur la même longueur d'onde, et physiquement je vais pas me plaindre. Mais il habite pas la porte à coté, d'une mais encore ça c'est rien. C'est juste que... ça serait trop explosif. Ça serait pas calme, ça serait trop prise de tête, trop violent sûrement. C'est l'addition de nos caractères qui me laisse à penser ça.
Non j'ai juste besoin de M. Le parfait, le trop parfait, justement. Celui dont on voudrait être amoureuse, mais on y arrive pas, parce-qu'on tombe amoureuse souvent, et surtout, des débiles à la liste de défauts interminables. WTF !
Alors au pire tant pis, j'ai mes copines et mes copains ! En fait ce dont j'ai besoin c'est surtout d'une bonne dose de rigolade. Pour les moments plus durs, j'ai ma famille, et quoi qu'il arrive.
Enfin voilà quoi. Vendredi matin khôlle de maths, 3615 je raccroche, de toute façon ma vie est vraiment trop comme celle des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Mar 8 Nov - 22:35

Mardi o8 Novembre

Cette date, alias 1 mois, 2 semaines et 4 jours après la rupture de toute liaison avec Fred. Ça tient, je tiens, je ne sais pas comment mais j'ai pas encore craqué en lui écrivant ou en faisant une c*nnerie de ce genre. J'avoue ça ne parait rien cette durée, mais c'est tellement pourtant ! Mon départ ne lui fait visiblement ni chaud ni froid, je fais tout pour que moi aussi... Il y a un manque, mais heureusement, comblé à peu de choses près.
C'était quand même Fred, connu depuis 4 ans, dans une relation de chaos depuis 2 ans et demi. Et puis comme un coup de balai, plus rien. Je n'ai jamais voulu choisir en me disant que les évènements de la vie étaient soient dûs au hasard, soit que "c'était écrit" comme certains disent. J'en sais rien, des fois je me dis que ça arrive parce-que ça arrive,ou alors parce-que ça devait arriver. Mais en moins de 48h, les 48 dernières, je suis tombée nez à nez avec lui au Macdo ( à midi) ou dans le train (dimanche..). Et pourquoi le lendemain de notre monstrueuse engueulade on se retrouve face à face dans le tram bondé pourtant. J'appelle ça du mauvais hasard disons. Quand tout allait bien entre nous, jamais on ne s'est croisés par hasard. Tout était planifié,et lorsqu'on décide d'en finir, il faut qu'on se cogne. On fait nos fiers à chaque fois. On ne se regarde même pas, on vit nos vies, regarde comme je suis bien, sans toi ! . Moi je fais ça. Lui soit il le fait aussi, soit il s'en fout, définitivement. Mais en tout cas , cette fois c'est pas de la rigolade ! Ce mois et demi n'est, j'ai l'impression que le début d'une bien longue série.

Si je dis que ce manque est comblé, c'est parce-que j'ai une bande de copain plus-que-parfaite. Mes journées sont devenues merveilleuses, enfin surtout, très très drôles, et très agréables. Je dois avouer que je n'avais jamais eu un "gang" comme ça. 3filles, 5 garçons, et on s'entend un peu trop bien. Après une journée de cours entière ensemble, on décide d'un endroit où boire un dernière verre, d'un supermarché où faire nos courses ensemble, d'un resto pour le lendemain, de la soirée du jeudi qui arrive, des aprems chez les uns et les autres...enfin des choses de la vie libre quoi ! On fait ce qu'on veut, quand on veut. Dans une ambiance tout le temps parfaite, sans prise de tête et en riant encore et toujours.
Mais parce-qu'il faut un fucking mais, à toutes les bonnes choses. En janvier, on nous remixe, second semestre, la classe éclate en 1000 morceaux. Trop cool la fac ! Du coup ça me prends la tête. Je veux pas les lâcher, franchement, non. Pour le moment je profite et me tais.
Je viens d'avoir C. une quinzaine de minutes au téléphone. Je ne l'ai pas perdue non certainement pas, elle-même me dit qu je suis son amie, certainement la seule qui comprends tout, qui est là tout le temps et la seule tout court, puisqu'on avait perdu tout le reste. Mais elle est amoureuse, elle a son keum ça y est, elle en est folle. Au point de sécher les cours, au point de déprimer parce-qu'il est reparti dans son pays, l’Australie pour quelques mois. Du coup je ne la vois que rarement mais en fait, ça ne me pose pas tellement de problèmes parce-que les fondements y sont. Il y a toujours elle et moi, elle m'a prouvé que j'étais bien la seule.

E. un "copain" a repris contact. Comme a chaque fois qu'il est en statut célibataire en fait. M'a t'il pris pour une grosse pigeonne ? As-tu cru que je ne te voyais pas venir, stupide personnage, crois-tu savoir à qui tu t'adresses ?
Sinon je suis toujours comme cul et chemise avec M., c'est incroyable. Un peu trop même. C'est juste une sympathique amitié, en fait, rien ne bouge et je ne m'en plains pas. Tout ça me plaît.



Et voilà comment roule en ce moment ma vie, à peu de choses près.
Je suis profondément heureuse, à quelques détails près.
Il ne manque aucunes personnes et aucunes activités, à des exceptions près.
Mais ce sont toutes ces choses près, presque là, qui te font savoir que la vie est comme ça, et définitivement, l'image du fleuve tranquille c'est démodé. On a tous plutôt un tsunami dans le bide, des amazing waves plein la tête, des courants à contre-sens dans les veines. Parce-que la perfection c'est so boring.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Dim 27 Nov - 23:33

Dimanche 27 Novembre

ENFIN je revois C., ma C., depuis un mois et demi ! Et wahou, quelle bouffée d'oxygène, pour elle et moi. On s'est retrouvés évidement comme avant, tout était parfait comme toujours ça l'est avec elle. Ça m'a fait plus de bien que n'importe quoi. Plus que d'écouter ton morceau en boucle toute la journée. Plus que de manger ton plat préféré à l'overdose, que la clope quand tu stresses à mort, plus que dormir jusqu'à 14h, plus que finir un jour de cours a midi, plus que de t'acheter une robe de soirée trop belle, des chaussures que t'attendait, plus que de se recevoir un 16 sur 20, ou LE SMS du garçon de tes rêves. Non c'était bien mieux que tout ça.
J'ai vraiment jamais autant aimé en amitié. Un véritable coup de foudre !

Alors là. J'ai vraiment l'impression que je vais passer pour la meuf' la plus schizophrène du monde, l'exemple parfait mais bon tant pis.
Soit, je continue, voire je m'endurcis encore plus, dans ce roc infissurable niveau sentimental. Je continue à être ce bourreau des cœurs, comme m'appellent ma bande de copains de la fac (j'aurais jamais dit ça de moi mais visiblement, j'le suis !), je ferme toujours ce portail devant moi, je n'accepte personne et si Ô malheur tu tombes amoureux de moi, je te rirais au nez, et découperai tes sentiments en confettis.
Soit j'essaie. Je m'adoucis. L'homme parfait m'attends en fait; il est grand et beau, drôle, attendrissant, gentil, sportif, motivé, ambitieux. Il s'appelle Julien, à la base c'était un ami, de ma nouvelle troupe, mais lui aussi m'a craché ses sentiments au visage. Je lui ai demandé d'attendre. Parce-qu'on m'a pas comme ça. Parce-que j'avais des trucs à régler avant aussi. Et je l'ai pas dit, mais simplement parce-que je ne partage pas tes sentiments, j'te rappelle que j'en ai jamais !
Mais ça fait chier, quand tout le monde autour de toi te dis "allez t'attends quoi ! Vas-y ! " et qu'il est là ce fucking prince charmant, et que t'es à un stade où oui, tu te demandes si t'es vraiment en pierre où si en essayant, ça marcherait.
Mais ils me connaissent pas, ils savent pas. Que derrière ce mur de pierre ils sont 4 ou 5 à attendre. V. en tête de liste; pour qui j'ai vraiment le plus d'affection. Il est arrivé comme ça dans la course, en essayant de chasser Fred, alors un de ses meilleurs potes à l'époque ! A creuser, vouloir savoir qui j'étais, depuis maintenant bientôt 6 mois, j'admire sa persévérance et j'avoue sincèrement que j'aime son caractère, sa personne simplement.
Pour le reste c'est pas vraiment envisageable. Y'a toujours M. bien sûr mais définitivement, les sentiments ne naissent pas. Mes sentiments, ne naissent pas. E., qui attend simplement que je tombe à ses pieds, bêtement, avec ses pauvres sms mielleux. A., qui n'ose rien. Qui soit disant est amoureux, mais point. Il se morfond.
Sans compter que si F. revient, (ou inversement) ils vont tous direction POUBELLE.
Mais bon, c'est pas DU TOUT d'actualité que le contact renaisse. 2mois pile poil que c'est over fini. Pour dire, je sais même s'il est en vie ! La flamme s'éteint, lentement. Le manque disparait, un micro-peu chaque jour, mais disparait. J'oublie sa voix et son visage, à une mini dose. Laissez moi l'oublier, franchement, j'ai fais le gros du boulot, reviens pas abruti, reviens surtout pas je t'en supplie.

J'suis entrain de me rendre compte que le 36 15 a vachement fait dans le relationnel ce soir ! Mais bon. Sinon ça roule alors bon. Il faut bien trouver des raisons de se plaindre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venaïg
J'suis une habituée maintenant
J'suis une habituée maintenant


Messages : 390
Âge : 23
Localisation : france
Centres d'intérêt : Musiique, Danse, Dormir !

• Profil Express •
Playlist: Vitriol - Julien Doré
Humeur: Mélancolique
The Nawak Box:

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Mar 14 Fév - 0:19

Lundi 13 Février

C'est le dégel du 3615 YOUHOUU !
Non pas parce-qu'il ne se passe rien dans mon espèce de vie, mais le temps et la motivation m'ont plutôt manqués.
Je m'attèle donc a résumer ces quelques mois. Avec dear Whitney Houston en fond sonore, RIP. Mais pas pour longtemps, elle est visiblement adepte entre autre des chansons d'amour, d'amour fou ! Et comment dire qu'au jour d'aujourd'hui, j'en suis loin. Sans aucun regrets, je suis bien comme ça, sans sentiments. Mais attends parce-qu'il faut voir ce que j'entends par là; parce-qu'après tout ce que je viens de déblatérer, la phrase à laquelle on s'attend le moins serait "j'ai un amoureux". Et pourtant ! Ça va faire 2 mois que je suis avec, avec, avec....Julien. Oui j'aurais aimé, et ça aurait été plus logique que le prénom de Fred vienne au bout de cette phrase, mais non, et les choses ont bien changées. Je n'ai absolument rien à dire, il est parfait. Il est profondément beau et intelligent. Adorable, attentionné, à l'écoute, amoureux.
Pourtant je suis une sacrée peste et surtout pas le moindre sentiment à l'horizon (mais chut ça faut pas le dire)... malgré l'affection et le respect que je lui porte. Mais je reste et suis avec lui parce-que je suis plutôt bien. Disons que c'est quelqu'un de bien qui est arrivé pour moi, de là à en faire quelqu'un d'une importance capitale, non.Sûrement mon cœur en acier métallisé qui ne veut encore rien entendre (mais en fait, tant mieux). Pourtant, malgré la facilité et la situation agréable apparente, j'ai eu quelques problèmes.
V., que j'ai visiblement brisé, heurté profondément. Ce que je comprends, en soi. Je garde une relation très froide et distante avec lui, mais on a quand même bien du mal à mettre un terme à tout ça. Je sais que ce que je lui fait est mal, mais JE suis, mauvaise.
Mis à part ça, la chose la plus improbable qui soit arrivée ces 2 derniers mois, c'est le retour de, de ,de... Fred, lui-même. Après 3 mois sans preuves de vie ni de l'un ni de l'autre, on s'est retrouvés à une fête dans un petit local avec une 30aine de personnes. Et au moment où nos yeux se sont rencontrés, ni lui ni moi n'avons pû lutter. J'ai eu l'impression de cracher mon coeur, d'avoir l'estomac au niveau des genoux. Je le croyais pas. J'étais tellement sûre d'avoir rayé tout ça ! Un regard, 3 secondes et tout t'explose à nouveau au visage. Plusieurs fois nos yeux se sont cherchés, et trouvés. Et puis il y a eu celui là, ce regard là qui a tout foutu en l'air. Le reste autour, la fête n'existait plus, c'était du flou, du brouhaha indéfinissable. On se regarde. 2 secondes. 3,4,5,6...10, je crois. Alors là, son visage se décrispe et un sourire, celui que j'ai toujours connu, sincère et enfantin apparaît. "Bonsoir, C."
MAIS FUCK ! Dans ma tête je voulais le tuer, je le haïssais d'avoir fait ça. D'avoir foutu en l'air tout nos efforts de 3 mois pour tirer en trait INDÉLÉBILE sur notre piètre histoire. J'aurais voulu lui dire qu'il était le poison de ma vie, mes rêves les plus fous et mes cauchemars les plus odieux. Mes souvenirs les plus douloureux, mes moments les plus précieux. Qu'avec lui j'étais à la fois tout, et rien du tout.
Mais en réalité je n'en ai pas eu le courage, et j'ai souris naïvement,, sans rien dire à mon tour. C'était pas croyable, comment notre discussion à pris son cours le plus naturellement du monde, et parlant de ce qu'il s'était passé pour chacun, sans une seule seconde, parler de cette cassure, de cette dispute phénoménale,qui nous avait séparés. C'était comme 2 vieux amis qui se retrouvaient, se racontaient leur petite vie. J'étais actrice de cette scène mais au fond je n'y croyais pas. Et je n'y crois toujours pas. Le contact a repris peu à peu depuis. On reparle de temps en temps, mais bien moins qu'avant. Rien n'est plus vraiment pareil, en fait; je trouve qu'il a changé. Et de ce fait j'ai l'impression de ne plus ressentir cet amour orageux et violent que j'avais pour lui. En effet, c'est un vieil ami retrouvé en apparence. Voilà où on en est, à l'épisode 4395879 de notre histoire, mais surtout, soit à une nouvelle case départ, soit définitivement la case arrivée, celle où on enterre à jamais les haches de guerre.
Je laisse faire. Pour l'instant, nos prises de contact restent assez rares, et il ne sait pas que je suis avec Julien, j'ai d'ailleurs pas envie de le lui dire.
En fait en faisant le topo, et j'ai eu du mal à l'accepter, mais visiblement je n'ai de sentiments pour personne. Je perpétue un équilibre mensonger entre les personnes qui m'entourent, peut-être qu'un jour tout explosera, en attendant, je crois gérer la situation.

Je n'arrive finalement à être sincère qu'avec les filles. Non, qu'avec une fille. LA fille, C. Qui me manque profondément, plusieurs centaines de km nous sépare, pourtant l'ampleur de nos liens reste intacte. C'est ce que j'aime le plus chez nous. Nous sommes l'autre. Je ne suis véritablement qu'une ruine si on ne m'associe pas à elle !
Le reste, c'est futile. Des camarades de classe, de soirées. Mais rien ne se lie comme ça. J'ai besoin de respirer d'eux, alors que C. seule était capable d'embellir mon quotidien.

Et voilà quoi. J'ai eu mes partiels, je suis donc en seconde semestre de biologie. Que dire, ça me plaît, tout va bien. Je continue le piano timidement, la pilule de septembre n'étant sensiblement pas encore passée. La danse dès que je trouve le temps.
En fait, je crois que j'aurais voulu figer ma vie en ne gardant que les meilleures choses de l'année qui a précédé. Soit C. Fred. Mon chez moi. Mon lycée. Mon piano pas encore dégouté. Ma danse révélée. Aujourd'hui tout a bien changé, mais moi, je suis toujours cette gamine-là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mich86135
Sois sympa, j'suis nouvelle ! ^ç^
Sois sympa, j'suis nouvelle ! ^ç^


Messages : 3
Âge : 26
Localisation : paris
Centres d'intérêt : maquillage

MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Ven 12 Oct - 20:38

tu as pas tord mais tu as oublier les 2% de sincérité...

http://www.consultation-psy-en-ligne.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR   Aujourd'hui à 22:42

Revenir en haut Aller en bas
 
36.15 Raconte-ta-vie BONJOUUUUUR
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tu veux que j'te raconte une blague nulle ? [David Johnson]
» Je vous raconte ma césarienne
» Raconte-moi Caucriauville par SIMON
» Horacio Quiroga
» L'attaque du Yacht Capricorn racontée par son Captain !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• Lady Marshmallow • :: The Hapiness Factory* :: . Racontage de vie :: Journal (presque) Intime-
Sauter vers: