• Lady Marshmallow •

Version n°7 : ft. Mary-Kate Olsen
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Histoires aucunement intéressantes et oiseaux des forets.

Aller en bas 
AuteurMessage
Jennyfer
Je prend mes marques
Je prend mes marques
Jennyfer

Messages : 210
Âge : 23
Localisation : Châtillon (92)
Centres d'intérêt : Lecture, Ecriture, Photographie.

Histoires aucunement intéressantes et oiseaux des forets. Empty
MessageSujet: Histoires aucunement intéressantes et oiseaux des forets.   Histoires aucunement intéressantes et oiseaux des forets. Icon_minitimeJeu 12 Nov - 8:53

J'écris n'importe quoi, n'importe quand. 005


    Citation :
    Tu t'en rappelle, de cette chanson ? Celle qui rythmait nos vies. Celle qui nous faisait sourire, rire, pleurer. Celle qui nous donnait envie de crier, de parler, de se serrer si fort dans nos bras. La mélodie qui nous faisait respirer, qui nous maintenait à la surface quelques soient les précipices. Elle faisait voler nos cheveux sous l'emprise du vent, en caressant tendrement les pommettes d'amour sur nos joues. Ça n'était pas la un rêve, c'était bien réel. On s'allongeait dans l'herbe en la fredonnant. Rien n'arrêtait ce chant mélodieux, tout était si harmonieux qu'on ne s'en lassait pas. Cette chanson, celle qui nous faisait vivre, celle qui nous conduisait sur le bon chemin, celle qui tenait nos mains. Elle nous guidait vers la liberté, nous promettait nos vœux. C'était la musique du bonheur, des battements de nos coeurs. Dieu à créé l'univers en 6 jours, cette chanson à fait nos vies. Elle les façonne à sa façon, en ne faisait que les embellirent. L'air du bonheur, pour imaginer l'imaginaire. Pour entendre nos lèvres prononcer ces mots, aux premiers instants d'amour. Non, évidemment que tu ne t'en souviens pas, car c'était la chanson des gens heureux.

    Malheureusement les gens heureux n'ont pas d'histoire.

    Un truc complètement débile :
    Citation :
    Vous pensez certainement que, du fait que je sois une imbécile, je suis certainement (voyez les répétitions de bon sens) capable d'enchainer une connerie sur une autre, tout cela pour former, je vous en conjure, une chaine moléculaire d'un corps pur, tenez pour exemple ; de l'eau à l'état solide. Maintenant que la boucle est bouclée, et que vos lacets sont lacés (et que vous avez comptez de .. deux en deux), on pourrais peut-être passer à .. La Suite ! LA SUITE, quelle[size=10] fantastique, merveilleuse, brillante, génialissime.. idée. C'est ce qu'on appelle du " TOUT CA POUR CA ! " ; Bah oui mam'zelle, vous vous en contenterez. En fait mon idée, je vais vous l'expliquer. Si j'y arrive. Il me faudra juste un BRIDOU, Justin Bridou, ah ah, Moment intense d'hilarité, rire de l'assemblée. Et bah voilà, s'tai pas si dur, t'as gagné 5 seconde de ta vie d'Abruti. *et tu t'sens frais.* Donc en fait, mon idée, est la suivante (exercice de prise de note.) ; Créer une machine qui permettrait de sécher en moins d'une heure un objet mouillé. Ah ah, n'est-ce pas une idée FANTASMAGORIQUE ? Évidemment qu'si. Mesdames et Messieurs, Chiens et Chiennes, Chats et .. Chattes (rire des abrutis, rire des gens obscènes, geste de dégout des snobs), j'ai nommé à qui voudrait l'entendre (en gros heu.. personne.) Le Sèche Cheveux ou .. "LaPlaqueDeCuisson - tout aussi efficace mais livrée sans garantie d'sécurite, mais.. ça marche hein ! ça va peut-être un peu plus vite et c'est un peu plus chaud mais.. ça marche !" Ah, ah rire des snobs, rire de l'assemblée. BIEN ! Trêve de plaisanterie ! Moi, j'ai d'autres Mamouths à fouetter ! et sur le théorème de mon ami Thalès que je salues solennellement, ou pas, j'ai la grande Joie de vous quitter..

    Observation notoires et phrases qui ne veulent rien dire.
    Citation :
    ♥ Je ne me préoccupe pas du temps que je perds. J'ai déjà assez à faire avec celui qu'il me reste.
    ♥ Nous sommes arrivés dans un monde, où même la raison n'a plus de morale.
    ♥ A chaque jour suffit sa peine, j'espère qu'un jour cette peine fera que tu m'aime.
    ♥ L'amour rend aveugle, ma lampe de bureau également.
    ♥ Trop de merde, tue la merde. De même que pour l'amour. Ou pour le poisson.
    ♥ Si j'écris, c'est disons pour.. contourner l'impossible. Faire l'infaisable. Toucher l'invisible. Retourner la terre. Ou peut-être bien que c'est simplement pour remarcher dans mes pas.
    ♥ Une de perdue, dix de retrouver, ce dicton me met en peine, car j'en donnerai bien dix pour que tu reviennes..
    ♥ J'ai trois amours. La vie, et le chocolat. Et le troisième, c'est toi !
    ♥ L'art, c'est bien plus qu'idéaliser. C'est revivre.
    ♥ Ta vie est comme un ballon d'baudruche, comme une bulle de savon, ne tiens qu'à un fil, suffit d'une aiguille et retour à l'envoyeur.
    ♥ A force de remuer son bonheur avec une cuillère, elle finit par rouiller.
    ♥ Nous ne devrions pas avoir honte de ce que nous sommes, mais plutot de ce que nous faisons.
    ♥ Pour satisfaire, nous donnons le meilleur de nous même. Mais quelques fois, même le meilleur ne suffit pas.
    ♥ N'ai jamais peur de la mort. Tous les jours, tu peux mourir, comme les autres gent font. Mais si tu es encore là, il y a une raison ; la mort te haie. La vie aussi, mais si tu pars, il n'y aura plus personne qu'elle pourra détester.

    Un vieux truc.
    Citation :

    Souviens toi du temps où tu souriais tout le temps, quand tu mangeais encore des Bledichefs. Tu ne pouvais pas arrêter de sucer ton pouce la nuit, et quand tu avais peur, tu serrais ta peluche fort contre ta poitrine. Tu te maquillais, mettais des chaussures à talons et tu disais à tout le monde : « Je m'appelle Maman ! ». Tu soufflais deux fois tes bougies ; une fois pour toi, et une fois où toi et tes amis soufflaient ensemble. Tu rêvais d'avoir la même Barbie que ta copine, alors un jour, tu lui as volé. Mais maman t'a grondée, et tu n'as plus jamais recommencé. Tu ne savais pas que tirer les cheveux ça faisait mal, alors tu attrapais la moindre mèche. Tu te mettais à pleurer quand il n'y avait plus que de l'air dans ton biberon de lait, et au moment de changer ta couche, tu faisais semblant de dormir. Toi et Lapinou, c'était toute une histoire. Tu ne te laissais pas de l'histoire du Petit Chaperon Rouge que te lisais ton papa le soir, tu la connaissais même par coeur. Et pour t'endormir, tu pensais au marchand de sable. Tu ne te souciais que de la couleur de ton dessin, tu tenais tes stylos n'importe comment. Tu pênait à compter jusqu'à cent, tu disais même que le jour où tu y arriverai tu serais déjà dans ta tombe. Tu dessinais des bonhommes avec des rateaux à la place des mains, trois cheveux et des batons en guise de jambes. Tu voulais revoir cent fois la cassette de Caillou, tu connaissais le générique de Léo et Popy, alors tu le chantais. Ton anglais c'était du yaourt. Plus tard, tu aurais voulu devenir maitresse d'école. Tu jouais au docteurs avec tes poupées, tu leurs parlais et leur donner à manger tous les soirs. Avec tes copines, vous vous amusiez à montrer votre ventre à table, en faisant des grimaces, et vous couriez dans tous les sens comme des furies. Des fois, tu faisais un caca nerveux. Quand tu tombais, ta mamie venait te prendre la main et te soigner ton égratinure au genoux, tu as encore la cicatrice. Et tu te relevais, tout sourire, et te remettais à courir. Tu ne regardais pas le temps passer, en fait, tu étais insouciant, inconscient. Tu faisais des cauchemards, la nuit te terrorisait. Maintenant, c'est la vie qui te terrorise, et crois-moi, elle va te bouffer tout entier, toi et tes regrets du temps passé...
Revenir en haut Aller en bas
Jennyfer
Je prend mes marques
Je prend mes marques
Jennyfer

Messages : 210
Âge : 23
Localisation : Châtillon (92)
Centres d'intérêt : Lecture, Ecriture, Photographie.

Histoires aucunement intéressantes et oiseaux des forets. Empty
MessageSujet: Re: Histoires aucunement intéressantes et oiseaux des forets.   Histoires aucunement intéressantes et oiseaux des forets. Icon_minitimeMar 24 Nov - 23:11

    Du nouveau.

    Citation :
    En ce moment, j'ai envie de faire autre chose et d'échapper à la banalité. J'veux courir à contre sens et jouer l'insolite. Pour paraitre différente et surtout, pour avoir quelque chose à faire. Devenir quelqu'un d'autre, car être moi même ne me suffit plus. Je ne me suffis plus. Un bon coup de pelle dans la gueule, j'imagine que c'est de ce genre de truc dont j'ai vraiment besoin. Pour servir à autre chose qu'à être heureuse. Ne pas me reposer sur mes doux lauriers. J'veux m'allonger sur un lit d'orties, juste comme ça. Juste pour ça.

    Citation :
    Tu sais, c'est comme la drogue mais c'est gratuit. De la musique à l'état pur, jusqu'à ne plus penser qu'à ça. Ça procure un plaisir fou, que même les amateurs de masturbation n'arrive pas à atteindre. C'est orgasmique, jouissif même. Un truc à t'en niquer les tympans. Un bête de rock américan ou un rap anglais, on s'en tape. Tant que ça te donne l'impression de voler. L'impression d'être chouté et de planer. Ce putain de son que tu ne retrouve nul part. Et t'as envie d'un seul coup de crever. Du bonheur à en crever. C'est trop con n'est-ce pas ? Tu me diras, si t'as envie de crever, tu te tire une balle. Ou tu te pends avec une ficelle Super U. Ou une bonne dose de Cocaïne, 6 pétards et trois bouteilles de Scotch. Mais c'est pas de ce genre de choses qu'une personne comme moi aurait envie de mourir. Trop dégradant. J'veux mourir heureuse moi. Me doper au naturel. Respire l'air pur, à côté d'ivrogne. C'est ça la vie. Ça saigne. Et c'est bon.

    Citation :
    Je ne comprendrai jamais les scientifiques. Donner sa vie pour la Terre. Chercher pendant toute son existence quelque chose qui n'existe peut-être pas, et qui ne nous servira à rien. Tenter de prouver ce dont on se passerait très bien. On vit tellement mieux avec des questions ! Pourquoi vouloir trouver des réponses ? Les gens aiment respirer avec des mystères, ils ne demande que ça, ils sont avides de troubles et d'ignorances. Mais il y a des personnes qui croient qu'il est bon de vivre en harmonie avec son environnement. De mon opinion, ils ont tort. Faux sur tout la ligne. A quoi bon savoir où l'on est ? On n'y restera que peu de temps ; je pars du principe où tout est éphèmere. Nous ne devrions pas essayer de comprendre, pourquoi ne pas traverser ? C'est transparent, c'est du décor. L'intérêt, c'est qui il y a, et ce qu'il y a à faire. Éteignez la lumière dans une pièce, fermez les yeux. Ne cherchez pas à tâtez un quelconque objet. Concentrez vous sur l'essentiel : Comment sortir d'ici ? Ou comment y rester ? Être, ou ne pas être. L'essentiel n'est pas toujours là où on le pense (il est dans Lactel.. haha). Parfois il se trouve enfoui sous un tas de questions sans réponses. Qui sommes nous ? C'est une interrogation pertinente. Je n'veux pas affronter la solution de ce problème. Ce n'est pas que j'en ai peur. J'en ai juste pas envie.
Revenir en haut Aller en bas
 
Histoires aucunement intéressantes et oiseaux des forets.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
• Lady Marshmallow • :: The Hapiness Factory* :: . Graines d'Artistes :: Toi & ta plume-
Sauter vers: